6 Paul Bert

17 Avr 2013 • 750116 commentaires

Les consoeurs et les confrères étaient pour beaucoup emballés, autant dire que le 3e coup signé Bertrand Auboyneau (après le Bistrot Paul Bert et l’Ecailler du Bistrot toujours rue Paul Bert, Paris XIe) ne pouvait passer longtemps sous silence chez moi. Allez hop, quelques semaines après l’ouverture (datant de début d’année 2013), me voici attablée hier midi au 6 Paul Bert. La vitrine de cochonailles dans l’entrée fait envie, les tables rouge sang (disons un peu oxydé le sang) brillent joliment, le décor a quelque chose du bistrot à l’ancienne et en même temps, les peintures sont fraîches et les séries de bouteilles et de carafes sans fond au dessus du bar donnent un coup de modernité décalée.Les tables s’enfilent dans la longueur étroite du bistrot, il n’y a pas tant de places que ça, mais on y est bien. Au fond, ont voit le chef d’origine québécoise s’exécuter dans sa petite cuisine grande ouverte sur la largeur de la salle. L’amie qui m’accompagne l’est aussi et elle ne manquera pas d’aller le saluer. Bertrand Auboyneau est là aussi, ça me rappelle le dîner de lancement du guide Mignot qui s’était déroulé chez lui, au Bistrot Paul Bert, il y a 5 ans, ça ne me rajeunit pas ;-). Formule à 15 €, c’est parti.


580-6-Paul-BertMaquereau fumé, légumes crus et cuits, radis cru, pommes de terre cuites, oignon nouveau bien vinaigré, petit filet d’huile d’olive et branche de je ne sais quoi, ça envoie du peps, c’est frais, c’est délicieux.

580-6-Paul-Bert2

Hmm l’épaule de porcelet à la peau ultra croustillante sur ses asperges vertes (ah que j’aime le printemps : l’arrivée de l’asperge qui ne me fait pas réfléchir quand je vois son nom sur une carte, c’est elle et c’est tout !), certaines effilées et crus, d’autres cuites fermes, quelques poireaux et feuilles de blette, un fond crémé, miam !

Pas de dessert pour moi, je filais ensuite goûter l’éclair au caramel au beurre salé de la Pâtisserie by Cyril Lignac (ceux qui me suivent sur Twitter et Facebook ont pu voir la photo hier…) qui m’a fait aussitôt comprendre le sens du mot éclair : dégusté en trois bouchées à peine plus je crois.

La formules du déjeuner, 15 € (entrée et plat ou plat et dessert), 18 € les trois. C’est si peu qu’on y reviendrait bien déjeuner dans peu de temps. Le soir, menu à 38 € ou carte bien alléchante de plein de plats entre 10 et 15 €. Les vins commencent à 20 € et j’ai louché sur pas mal de Loire.

6 Paul Bert, 6 rue Paul Bert, 75011 Paris, 01 43 79 14 32, métro Faidherbe Chaligny

« Walaku

6 réponses à 6 Paul Bert

  1. fabien dit :

    bonsoir caroline, merci de ce tips, ce fut un gros coup de coeur ce soir..

  2. Kim dit :

    testé il y a 3 jours et vraiment déçue. A part le dessert, tous les plats manquaient de goût. J’ai pris le porcelet mais celui là était avec du chou rouge. Dans le même type de formule je préfère et de loin « Au passage », passage St Sebastien. Certes la déco, mais ce qu’on trouve dans les assiettes est toujours surprenant et exquis. Les vins sont aussi plus originaux.

  3. bouton d'or dit :

    J’avoue que je n’ai pas été emballé. Les couteaux commandés en entrée, en fait des conserves, cette information ne figure pas sur le menu et n’est pas communiqué par le serveur, me sont un peu restés sur l’estomac, je ne vais pas au restaurant pour manger des conserves. Mon compagnon a clairement eu également une conserve avec son pilon de pintade. Le service était poussif. Le petit sac qui sert de corbeille à pain, c’est mignon mais du coup il faut réclamer du pain.

  4. – Fabien, je ne suis pas étonnée ! Je te l’avais dit !
    – Kim, mince, je suis étonnée. Quant Au Passage, il faut que j’y aille.
    – Deuxième personne pas emballée… Bouton d’or, des couteaux en conserve ça me surprend beaucoup. Même chose pour le pilon de dinde. En tout cas, ce n’est pas à votre goût et j’en suis désolée.

  5. Greedy dit :

    J’y vais pour la 3ème fois (j’aime bien me faire une idée sur plusieurs expériences)! C’est une découverte, une surprise et un ravissement à tous les coups.
    Un rapport qualité/prix vraiment top pour le quartier. Il y à toujours quelque chose de surprenant à la carte, j’ai écumé tous les bons restauts du coin (je connais pas le « passage », à tester…) et franchement le mec aux fourneaux doit carrément bosser comme un acharné pour sortir des menus comme ceux que j’ai gouté tous les jours, il nous a libéré du steck/frit -tiramisu -fondant au chocolat que l’on ne peut plus voir en peinture et nous sort un peu des menus fade et sans imagination de beaucoup de ces confreres.
    Le seul bémole on sent le graillon en sortant. il serait bon d’y remedier… mais le dessert au citron ( canoli je crois…) nous le fait oublier, c’est à tester !

  6. Greedy, merci et je suis bien d’accord avec tous les aspects de votre commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT