Au Clocher de Montmartre

1 Fév 2012 • 750183 commentaires

Déjeuner hier au Clocher de Montmartre, situé au pied du Sacré Coeur, mais caché en fond derrière comme une coulisse de théâtre. Cette adresse a ouvert il y a 3 mois avec le chef Antoine Heerah (Chamarré Montmartre et Moulin de la Galette), après des années de bistrot auvergnat. Je précise, descendue au métro Château Rouge, j’ai pris un escalier qui me semblait d’en bas monter à 90 degrés à la verticale, une sorte d’escalade à pied qui vous brûle la gorge à l’arrivée. Bref, justement à l’arrivée, le quartier peu occupé un mardi à midi pourrait, sans vouloir tomber dans le cliché, vous faire croire avoir été projeté dans une autre époque, un peu à l’image du film de Woody Allen Minuit à Paris. Peu ou pas de passants, des rues pavées, des immeubles qui semblent endormis, un morceau de butte feuillue qui longe la rue, une odeur de village. Au milieu de tout ça, le Clocher était bien calme, j’ai pu aussitôt prendre la table à la vue vertigineuse.

A gauche des immeubles blancs, c’est une partie de Paris qui apparaît dans la brume glacée (moins sur la photo j’en conviens).

485-Clocher-MontmartreDécor de bistrot revu et contemporain, des teintes grises, noires, des touches bigarrées qui tranchent avec les chaises, un sol en damier et cette vitrine qui donne à voir les belles pâtisseries, on est dans un lieu touché par les tendances du moment et ici ça prend bien. A la carte, pas mal de catégories et juste quelques suggestions dans chaque, mais beaucoup qui vous font envie, suggestions pour l’apéritif, potages, salades, belle déclinaison d’oeufs (Bénédicte, Florentine, aux morilles…), plats robustes. Du coup, je me fais conseiller.

485-Clocher-Montmartre2

Bâtonnets de légumes crus et beignets avec sauces cantal, cresson, tapenade. Il s’agit de carottes et de navets à la découpe parfois incertaine, mais tendres et croquants lorsqu’il s’agit des crus et juste saisis par la friture dans le cadre des « tempura ». La sauce cantal a des accents de cancoillotte, un peu éteinte, j’aime beaucoup par contre la tapenade et la cresson bien shootée (le cresson qui envoie quoi), dans lesquelles je plonge allègrement les légumes crus et les beignets croustillants.

485-Clocher-Montmartre3

Autre entrée goûtée, les queues de langoustine juste saisies et accompagnées d’un mesclun de chez Annie Berthin (très savoureux) et d’un incroyable citron de Floride dont j’ai oublié le nom, mais dont le parfum fait penser à la mandarine (les agrumes sont de Michel Bachès). Entrée subtile et délicate.

485-Clocher-Montmartre4

Conseillée par la charmante jeune femme de la salle, j’ai opté pour le burger, mais j’étais bien contente de goûter aussi aux oignons de Roscoff farcis à la queue de boeuf braisée (très bien à saucer, parfait en ces temps glacés) et au riz basmati parfumé au citron caviar. Donc mon burger, mélange de viande de boeuf et d’agneau savoureux, tomate, cornichons, salade fraîche, oignons fondants, fromage présent et frites très bien (pommes de terre goûteuses et un poil sucrées, parfait temps de friture et de dorure, intérieur fondant). Le pain était un peu épais en hauteur, du coup j’y suis allée avec le couteau et la fourchette, alors que je préfère le burger aux doigts (comme les frites d’ailleurs), ce qui évite le côté oxydant (certes plus psychologique que fondé, surtout avec des couverts inoxydables) et qui permet d’enfoncer les dents dans la chair tel un vampire.

Les desserts étaient très beaux (religieuse au cassis, gâteau au fromage blanc parfum exotique, moelleux chocolat framboise), mais je n’avais plus de temps (ni d’appétit) pour eux.

Côté prix, les entrées varient de 7 à 13 €, les plats de 12 à 23 €, les desserts sont à 8 €. On peut donc s’en tirer très bien pour 20 €, comme pour 35 €. Ouvert 7 jours et 7 et en continu de 12h à 22h30 (salon de thé l’après-midi), bref, une bonne pioche de quartier. Et pour les amateurs, brunch à volonté à 21 € le dimanche (ce qui me semble très raisonnable).

Au Clocher de Montmartre, 10 rue Lamarck, 75018 Paris, 01 42 64 90 23, métro Château Rouge (en prenant un autre chemin que l’horrible escalier du passage Cottin)

3 réponses à Au Clocher de Montmartre

  1. SC dit :

    Bonjour,
    sur les pentes de Montmartre, il y a la rue des Trois Frères qui a vu ouvrir, au n° 18 et en juillet dernier, un petit bijou: La Vache et le Cuisinier. Sublime terrine de queue de boeuf, ris d’agneau meunière à tomber, joues de cochon braisées fondantes et parfumées à merveille, millefeuille de pommes au chocolat blanc, glace au lait de chèvre à la fois douce et vive. Un service d’une gentillesse rare, tout aussi humble et à propos que les assiettes ne le sont. Addition dans les mêmes tonalités de celles du Clocher de Montmartre. Courez-y. Enfin, grimpez-y, vous m’en direz des nouvelles…
    bien à vous.
    SC

  2. j’aime le décor je vous invite à visiter le site du restaurant du Paradis, un restaurant spécialiste de la cuisine française.

  3. Solenne dit :

    Excellente idée ces légumes et dips en entrée! Ca me donne très envie de tester leur brunch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT