Bigarrade

5 Fév 2008 • 7501717 commentaires

Une ouverture récente qui fait bien parler d’elle. Le chef Christophe Pelé occupait les cuisines du Royal Monceau (avec l’ambiance et la belle brigade que cela comprend), pour finalement tout quitter et ouvrir sa table d’hôtes. Non peut-être pas quand même, mais proposer une vingtaine de couverts dans un décor qui vous apporte fraîcheur et éclat de l’esprit. Mais qu’est-ce qu’elle raconte ? vous dites-vous. Ecoutez plutôt : un intérieur blanc et vert cru, quelques tracés épurés aux murs (bien loin des stickers de VD sur M6), des bougies qui tombent du ciel, se rapprochant plus ou moins de vos têtes et vous voilà illuminés. A quelques mètres de la table, l’équipe s’active au comptoir brillant d’inox et de produits frais. La formule unique au déjeuner se compose de mets concoctés par le chef en fonction du marché, pas de choix et voilà ce qui arrive…

168-BigarradeUne sorte de pain italien à la mie dense et moelleuse à la fois et une coupelle d’huile d’olive. On se croirait un peu dans une dégustation d’huile d’olive, le côté gras et roboratif surprend au début d’un déjeuner, mais pourquoi pas et la suite nous réserve des surprises de légèreté. En attendant, on supporte bien le gras et les notes fruitées de l’huile d’olive…

168-Bigarrade2

Autre mise en bouche : un filet d’anchois posé sur une réduction de betterave parfumée. Le iodé et le sucré s’entendent à merveille.

168-Bigarrade3

Attention, ça prend du corps, avec cet exquis risotto au safran (ferme à l’envie), à la réglisse et à la coriandre. Les pistils rouges sont bien visibles, rien que ça, ça me fait saliver (présents dans un autre risotto au safran, goûté chez Il Vino, je vous le montre très bientôt). La réglisse est présente tout en subtilité, avec ce goût particulier qu’elle laisse en bouche dans un second temps. Quant à la coriandre, elle fait un peu salade posée sur le risotto, mais ses notes fraîches sont très agréables.

168-Bigarrade4

Rouget entier, magnifique, charnu, simplement saisi et accompagné d’un mince trait de réduction à l’orange et parsemé de fleurs de chou-fleur et d’amandes effilées. Simple et savoureux.

168-Bigarrade5

Mousse de lait à la vanille (ces petits grains qui craquent un peu sous la dent me rendent accroc), sur salade de fruits de la passion sucrée, acidulée et délicieuse. Un dessert gourmand à souhait.

168-Bigarrade6

Sorbet à la poire sur chocolat fondu, agréable.

168-Bigarrade7

Une glace au chocolat cachée sous une écume à la cardamome.

168-Bigarrade8

Une émulsion de chocolat extra amer, des écorces de citron confit et une gelée au rhum qui se cache ça et là. La déclinaison de chocolat qui va en crescendo côté cacao surfe sur les émulsions, les mousses, les textures aériennes, j’aurais peut-être aimé un coup de croc ou deux.

Le service fut gentil et prévenant tout du long, la salle pleine de lumière et de fraîcheur rend le moment léger et la cuisine de Christophe Pelé se savoure jusqu’à la fin sans l’ombre d’un remord ou d’un écoeurement. On prend du plaisir dans cette légèreté, cette ambiance surtout pas engoncée, la table sait se faire amène et gourmande, avec sa cuisine de saisonnalité, de traits du temps (émulsion quand tu nous prends!) et de curiosité.

Menus déjeuner : 35 € et 45 €. Le soir, les menus imposés également sont à 45 € et 55 €.

Bigarrade
106 rue Nollet
75017 PARIS
T 01 42 26 01 02
Métro Brochant

Tags Technorati : , ,

17 réponses à Bigarrade

  1. mercotte dit :

    De la cardamome, des parfums de réglisse, de la légèreté …tout ce qui me tente!! je note pour un prochain passage !! tout m’a l’air délicieux

  2. Debo dit :

    Question rapport qualité prix, c’est du grandiose je trouve.
    Heureuse de voir que ça t’a plu, j’ai eu la chance de suivre christophe tout au long des travaux, des finitions, des réglages et de l’ouverture et je dois dire que c’est un chef très attachant qui mérite de réussir.

  3. Les assiettes sont jolies, avec les plats toujours accompagnés de leur petite herbe (feuille de betterave (?) sur anchois, coriandre – sans doute un peu superflue,tu as raison- sur risotto et ciboulette sur rouget). Ne parlons pas du beau triptyque chocolat ! J’ai hâte de goûter à cette adresse…

  4. Caroline M dit :

    – Mercotte, je pense que ça devrait te plaire effectivement.
    – Débo, tu m’en diras plus à mon prochain passage à la Librairie…
    – Véronique, merci pour cet éclairage ! La feuille de betterave, mais c’est bien sûr ! N’étant pas férue de betterave, j’ai tendance à délaisser tout ce qui lui appartient…

  5. monica dit :

    salut,
    j’ai bien aimé l’entêtée(j’ai laissé mon avis dans les messages de ta chronique) et j’essai la bigarrade le plus tôt possible, et le dix-sept,y-est tu déjà allée?

  6. c’est officiel, la bigarrade, belle surprise de cette fin d’année va décrocher sa première étoile michelin. Est-ce que les prix vont flamber ? à suivre….

  7. Audrey dit :

    Je passe devant tous les jours et n’ai jamais osé y aller … Pourtant ce n’est pas l’envie qui me manque… mais là ! j’en ai l’eau à la bouche ! Pour un prochain diner en amoureux ( manque plus que trouver l’amoureux lol).

  8. angélique iaia dit :

    Quel magnifique RDV à cette table, enfin une cuisine qui met nos sens et nos papilles en éveil le tout avec une maitrise des cuissons renversante et pour un prix très correct …. merci au chef et à son équipe pour cette découverte.
    PS: si le menu si prête je vous conseille d’accompagner votre repas avec 1 vin du val de Loire 2005 …une vrai découverte en bouche.

  9. Je m’aperçois que je ne suis pas à jour dans mes commentaires ici (et ailleurs d’ailleurs, j’y remédie !).
    Monica, pas de Dix-Sept depuis.
    Selectionrestaurant.com, il semble que non…
    Audrey, j’espère que vous avez depuis trouvé l’amoureux et avez eu l’occasion d’y aller, sinon, n’attendez pas de le trouver, un ou une amie fait aussi très bien l’affaire.
    Angélique, je suis ravie et merci pour ce conseil en vin !

  10. Poulette dit :

    Nous avons été à la Bigarrade avec mon chéri pour un dîner romantique…
    L’ambiance y était : très intimiste (une 20taine de couverts), atmosphère chaleureuse, j’adore le côté « green ».
    Le service était impeccable, très bons conseils pour les accords mets/vins.
    Et enfin, le plus important, les plats : c’était super ! Une vraie expérience avec de nombreux plats à déguster (il y a un très bon travail en cuisine) et au final, même mon homme qui est très Gourmand (comme le nom du menu) a trouvé que les portions étaient correctes. Des émulsions, des crèmes, du craquant, de l’acide à l’aigre-doux,… nos papilles étaient ravies !
    65€ le menu par personne, il faut compter 10€ par verre ou une 50 à 60€ pour une bonne bouteille.
    Bravo chef !

  11. J’en suis ravie, c’est enchanteur ce lieu !

  12. Vincent dit :

    Après 2 tentatives pour réserver une table pour 2 personnes j’y étais enfin arrivé il y à 6 semaines pour le lundi 1er mars au soir.
    Malheureusement ma joie d’allé gouter la cuisine de C.Pelé n’a pas eu lieu car au lieu de me téléphoner (comme certains restaurants le font pour confirmer la réservation) on m’a annoncé 2 semaines auparavant que le restaurant serait fermé la semaine du 1er mars!!!!
    Quelle ne fût pas ma stupeur et mon incompréhension : me gacher comme ça d’un simple coup de fil une soirée prévue de longue date!!!
    Lui fallait-il un peu de repos pour apprécier la deuxième étoile?
    Est ce vraiment très professionnel?

  13. Vincent, difficile à dire, peut-être ont-ils de vraies bonnes raisons de fermer cette semaine (de sortie du guide Michelin qui plus est !), mais je comprends bien votre déception. Si vous réitérez et que vous réussissez à y aller, vous nous tenez au courant hein !

  14. Islay dit :

    quelle déception ! Dîner en amoureux hier soir. Si le lieu est agréable, convivial et intime sans être guindé, et le service prévenant, quelle déception pour nos palais ! les saveurs choquaient sans se mélanger, les chairs quasi crues ne fondaient pas dans la bouche mais résistaient et le pigeon est arrivé bleu, inmangeable ! seule la saint jacques trouve grâce à mes yeux ainsi que la ribambelle de dessert, surprenants et délicieux. Mais 4 heures à table et une quinzaine de plats plus tard, la mayonnaise n’a pas pris!

  15. Aïe, je suis désolée pour vous.

  16. maud et yann dit :

    Je rejoins malheureusement de nombreuses critiques lues sur ce site.
    Habitués aux bonnes tables, nous venions vivre ici une belle aventure culinaire, pleine de promesses… nous sommes repartis 4heures plus tard, loin d’être rassasiés et profondémment écoeurés devant l’addition salée, j’ose à peine l’avouer : 666€ à 4 !!(apéritifs, eau, 4 menus dégustation, vins inclus)
    Les trois quarts des assiettes proposaient des produits crus ou mi-cuits (pas de chance, nous étions deux à avoir du mal avec ce genre de plats!!).
    Les quantités, quant à elles, frôlent l’inacceptable. Ce ne sont plus des plats mais des « bouchées »!
    Bref, c’était une véritable déception ce vendredi soir avec la désagréable impression d’avoir jeté une fortune par les fenêtres!
    Nous nous serions volontiers passés de cette douloureuse expérience…

  17. 666 ! Le chiffre du diable ! Plaisanterie mise à part, c’est surtout une addition élevée effectivement et si le moment ne vous donne pas satisfaction, c’est désolant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT