Boulangerie BO

26 Jan 2016 • 75012, PâtisserieAucun commentaire

Ce n’est pas la première fois que je vous parle ici du travail d’Olivier Haustraete et de Benoît Gindre à la Boulangerie BO. La dernière fois, cela traitait de tarte au chocolat et de chou matcha et je découvrais également leur pain fermier (aux noix). Depuis, j’y suis retournée, ai posté les photos sur Twitter, Facebook et Instagram. Et puis, j’y suis encore retournée… Quand j’aime, je ne compte pas, je crois qu’en 10 ans de blog (oui, cela fait 10 ans les amis !), vous l’aurez compris, certaines adresses se retrouvent ici plus que de raison. Bref, juste après mon passage pour les pâtes de Pastifico Passerini, difficile de résister à l’appel de la Boulangerie BO située à 20 m. J’ose vous le dire, j’ai été encore une fois (et plus encore) surprise par la créativité et l’allure diaboliquement appétissante des gâteaux (et du pain fermier aussi, choisi cette fois aux fruits et aux pistaches).

eclair gianduja boulangerie bo paris

Avez-vous vu cet éclair gianduja ! Moi oui tout de suite, dès que je suis entrée dans la boutique. Il est énorme, dépasse tous les autres éclairs de la terre en terme de largeur, il est bourré de noisettes torréfiées collées au glaçage délicat et à l’intérieur, c’est une crème au gianduja sulfureusement salée. Je crois que je n’avais pas goûté un éclair aussi bon depuis très, très longtemps. Il y avait juste les bords de la pâte à chou qui avaient un peu séché, mais à 20h le soir, peut-il en être autrement (je n’ose pas l’imaginer dans l’heure qui suit sa fabrication) ?

chou vanille caramel au beurre salé boulangerie bo paris

Le chou à la vanille et caramel au beurre salé. Au début, je me dis oui, bon, de la vanille et du caramel au beurre salé. Sauf que le chou est bien gonflé, la crème à la vanille hyper parfumée et que soudain, il y a du caramel au beurre salé qui coule et fait des pointes de caramel qui collent quand on commence à le toucher = comment faire plus appétissant et je ne vous dis pas en goût et en sensation.

polonaise boulangerie bo paris

La polonaise pour finir, qui a hélas subi une petite chute dans l’escalier (j’ai eu très, très chaud je peux vous dire). Mais elle en est sortie à peu près indemne et n’a rien perdu de sa superbe en goût. La polonaise, comme le rappelle Mercotte, c’est un gâteau pas tout à fait oublié, mais que l’on ne voit que très peu chez les pâtissiers. Et bien quand on goûte à cela, on se demande pourquoi. Elle m’avait fait tout de suite de l’œil avec l’éclair gianduja. De la brioche imbibée de sirop légèrement parfumé à l’eau de fleur d’oranger, de la crème légère parfumée aussi d’un peu de fleur d’oranger (je ne sais quelle eau de fleur d’oranger il utilise, mais j’ai rarement senti son parfum si délicat et pur et évoquant à la fois l’enfance), de la meringue italienne (moelleuse) et des amandes effilées le tout passé un tout petit peu au chalumeau… Tout est extrêmement généreux, ça déborde, ça explose, c’est presque trop et en même temps, on ne peut pas s’arrêter tant c’est goûteux et finalement aérien en bouche. Edit : je viens de voir sur la page Facebook que c’était le dernier week-end de la polonaise, éphémère donc. Je lance tout de suite un appel : Olivier Haustraete, il faut maintenir la polonaise de façon permanente, je vous en supplie !

Quand j’ai eu fini, la première chose que j’ai pensé, ça a été : c’est peut-être mieux que la Boulangerie BO soit un peu loin. Les prix, comme je vous l’ai déjà dit, sont bien raisonnables, gâteaux à moins de 4 €, sauf pour l’éclair gianduja (4,90 €) qui doit faire le poids de deux. Fermé le mercredi.

Boulangerie BO, 85 bis rue de Charenton, 75012 Paris, 01 43 07 75 21, métro Ledru-Rollin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT