Cachette

22 Nov 2013 • 750064 commentaires

C’est étrange de parler d’un lieu qu’on a l’impression de connaître avant même de franchir le seuil la première fois. Cachette, c’est une nouvelle adresse de quartier. Un bistrot pas bien grand, joli et engageant qui a pris la place d’une adresse vieillissante. Quand je dis de quartier, c’est qu’il y a le cordonnier d’en face qui vient prendre son café, les ouvriers du chantier voisin, les étudiants des environs (attirés aussi par leur amour et l’humour du patron, c’est sûr, je les vois jeter un œil discret par moments), les mamies pomponnées, les petites tables d’affaires qui ont réservé à 12h30. Cachette, c’est une équipe qui en 15 jours a créé un lieu où l’on se sent bien du matin au soir et sait garder des clients de tous âges et de tous genres et pour moi, c’est déjà la plus belle réussite ! Et si je suis sensible à la réussite du projet, c’est que je le connais depuis ses prémices dans l’esprit de Fred Testot, le comédien et l’un des patrons, un ami cher. La tapisserie à motifs bleutés, entre rétro et contemporain, le coin salon cosy (avec des deux fauteuils où boire le café ou manger), la cuisine séparée de la salle par des vitres à l’esprit véranda, la carte des vins soignée, les tables et chaises qui n’ont pas changé depuis l’adresse précédente… J’ai écouté tout ça avant que l’adresse n’ouvre. Et la cuisine me direz-vous ? Je suis venue la goûter une première fois, j’ai fait mon compte-rendu comme je le faisais il y a des années pour le GaultMillau (surtout, cuisinez simple les gars ! Le chef Matthieu vient du Dôme du Marais et c’est sa première place en tant que chef) et je suis revenue. Et là, ça prenait corps. Mais j’ai dit que je reviendrai toutes les semaines pour un petit moment encore…

oeufs mimosa

Des œufs mimosa simples et bons. Des œufs bien frais, une mayo parfaitement assaisonnée, j’ai pas besoin de plus.

magret épinards et pleurotes

Le magret de canard parfaitement cuit, d’une chair tendre et bien rôtie et d’un gras fondant. Dès la première bouchée, je sens une sauce comme légèrement miellée, que je trouve très bonne tout en faisant remarquer qu’il vaudrait mieux l’indiquer à l’ardoise (s’il y a des clients qui n’aiment pas, mieux vaut qu’ils soient prévenus). Les tranches sont posée sur une tombée d’épinards et de pleurotes bien goûteux. L’assaisonnement se cherche encore un peu par endroits.

crème brûlée pistache

La crème brûlée pistache. Pas mal, si ce n’est que le sucre est un peu trop épais sur le dessus et que je la préfère servie tiède (ici, elle était froide). Le brownie est sinon fantastique.

café financier

Avec le café, c’était la fierté du jour (hier) de l’équipe : le financier qui sortait des cuisines le matin même !

Fred et Vincent

Vincent et Fred, deux des trois associés (avec Rico) et les deux lascars présents au quotidien. Même si Fred part par moments répéter avec Eddy Mitchell la pièce « Un singe en hiver » (j’ai hâte !!!)…

Côté prix, pas de formule le midi, mais des entrées à 6, 7 ou 10 €, des plats à 14, 16 ou 17 €, des desserts à 6 €. Le soir, ce sont des tapas et quelques plats qui restent à la carte. C’est ouvert tous les jours et le brunch est en cours d’élaboration pour le dimanche.

Cachette, 8 rue des Chartreux, 75006 Paris, 01 43 26 66 34, métro Vavin, RER Port Royal

4 réponses à Cachette

  1. Nico dit :

    Oui tout à fait, mais aucun commentaire sur le vin! A mon avis, carte des vins à revoir à 90%!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT