Caveau Morakopf, ma winstub avec Christine Ferber

8 Nov 2016 • AlsaceAucun commentaire

Ce week-end, j’étais en Alsace où j’ai passé du temps avec la pâtissière et fée des confitures Christine Ferber. Le samedi soir, elle m’a fait découvrir le Caveau Morakopf, une winstub située dans la même rue que la Maison Ferber à Niedermorschwihr, village caché dans une vallée près de Colmar. J’avais mon hôtel rue des Trois Épis aussi, l’Hôtel de l’Ange, charmant, d’un calme olympien et avec un bon petit-déjeuner de pain frais, de kouglof et de confitures maison et de Christine Ferber bien sûr (**, des prix très honnêtes, je vous le recommande). Le Caveau Morakopf existe depuis 1960, il est aujourd’hui tenu par le couple formé par l’alsacienne Céline en salle et le chef d’origine autrichienne Lukas. La porte avec son loquet et les gros rideaux passés, on est aussitôt enveloppé par la chaleur. Murs jaunes, boiseries, petites lampes aux abats-jour en tissu, vitraux aux fenêtres et rideaux à carreaux, tables nappées et banquette en coin, on s’installe et je me sens aussitôt très bien. Christine me guide dans les intitulés alsaciens, les plats du jour, beaucoup de spécialités qui font très envie (fondue vigneronne, jambonneau, gratin de munster) et le dîner peut commencer.

Tarte oignon Caveau Morakopf Alsace

Tarte à l’oignon pour commencer. Pâte fine, garniture généreuse avec oignons fondants, crème et muscade parfumée et le dessus qui a gratiné un peu. Belle salade à côté. Vous voyez, il est 10h01 au moment où j’écris cela et j’ai faim.

Fleischnacka, Caveau Morakopf, Alsace

Les fleischnacka, c’est ce qui me faisait envie à la description de Christine… De la pâte à nouille roulée sur de la viande de pot-au-feu hachée et le tout plongé dans le bouillon du pot-au-feu. Mmmh, c’est bon. Pas gras pour un sous, au contraire, c’est rassérénant, nourrissant, tout en rinçant (avec le très bon bouillon). Et il y a un peu de carottes râpées pour rafraîchir.

Crudités, Caveau Morakopf, Alsace

Pour les accompagner, c’est une salade de légumes crus et râpés avec quelques graines germées, colorée, appétissante, délicieuse !

Pommes de terre, Caveau Morakopf, Alsace

Il fallait que je les goûte. Les pommes de terre sautées (comme ma maman les faisait quand j’étais petite, c’est à dire bien poêlées d’un côté, presque confites aussi dans le beurre. Ma mère n’a jamais lésiné sur le beurre), accompagnées de fromage blanc à l’ail (tout en délicatesse, je précise). On est bien, je peux vous dire et ce que je partage avec Christine est précieux, plein d’amour et d’humanité.

Kouglof glacé, Caveau Morakopf, Alsace

Le dessert mis au point par le père de Christine Ferber et servi au Caveau : le kouglof glacé. Comme un parfait glacé, garni de raisins secs marinés au kirsch. En fin de dîner, c’est léger, sucré juste ce qu’il faut, parfait.

Les prix ? Comptez environ 40 € pour une entrée, un plat et un dessert à la carte. Il y a la carte, des plats du jour et des spécialités à commander 24h à l’avance (la fondue vigneronne et le baeckaoffa).

Caveau Morakopf, 7 rue des Trois Épis, 68230 Niedermorschwihr, 03 89 27 05 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT