Flesh

24 Nov 2014 • 750096 commentaires

Les goûts et autres fumages du barbecue sont en train de se frayer une petite place dans les quartiers parisiens qui ne cessent de bouger. J’avoue que ça pique ma curiosité, je suis donc allée faire un tour dans l’un d’eux, Flesh, 25 rue de Douai, Paris IXe jeudi soir dernier. A 20h, la salle nous choie de ses petites tables en bois serrées, de ses lattes de bois au plafond qui font penser à la charpente d’un bateau, de ses airs contemporains, on y est vraiment bien. L’accueil chaleureux m’oriente vers un cocktail inspiré d’une recette péruvienne, à base de pisco (alcool péruvien) blanc d’œuf, citron, sucre, tandis que j’attends mon amie. Je savoure et le brin de musique est bon aussi. La carte est alléchante, des petites entrées à partager (truite de banka, poitrine de bœuf fumée), des viandes barbecuisées et des accompagnements qui font tous envie.

entree flesh paris

Voici donc deux petites entrées que l’on se partage en prenant notre cocktail. Des rillettes de truite de banka (une truite du pays basque, que l’on retrouve notamment chez Terroirs d’Avenir, rue du Nil, Paris IIe) en premier plan servies avec du pain grillé, des radis émincés, des pousses et pétales, c’est joli et délicieux. En deuxième plan, ce sont les fines tranches de « brisket » autrement dit de la poitrine de bœuf fumée très finement émincée, toute tendre et accompagnée d’oignon rouge vinaigré qui secoue le tout, je pense que j’aurais pu en manger bien, bien plus tellement c’était bon. Et je trouve la vaisselle en métal émaillé comme sur les randonnées assez décalée et bien vue.

porc barbecue flesh paris

Le plat arrive un peu vite par contre, on n’a pas fini du tout nos entrées. Mais peut-être est-ce l’esprit, on déguste tout en même temps. Sauf que moi j’avais envie de finir mon cocktail avant de passer au plat et de prendre éventuellement du vin. Les travers de porc bien marinés dans la sauce barbecue avant cuisson, c’est tendre, hyper goûteux, les os se rongent avec bonheur. Avec une salade de chou coleslaw et un rab de sauce barbecue dans un petit pot. Personnellement, j’en ai assez sur ma viande.

courge flesh paris

Moi j’avais choisi les courges butternut en accompagnement. Elles sont passées au gril elles aussi, déposées sur une sauce au yaourt avec un filet d’huile d’olive et relevées de petits dés de citron confit au sel (pas sucré) et c’est exquis. Mon amie avait choisi les frites, de très bonne facture aussi.

Par contre, à cet instant de la soirée, c’est devenu assez cauchemardesque en terme de niveau sonore. Il y a quelques grandes tablées et l’enthousiasme semble communicatif entre toutes les tables (sauf celles de deux, comme la nôtre). Il semble qu’il y ait un réel problème d’insonorisation et quand on en parle à l’un des membres de l’équipe, il nous explique que des travaux vont avoir lieu en fin d’année. Moi je sais alors que je reviendrai, même si là j’ai très envie de partir, car la cuisine du chef passé chez Frenchie et quelques autres bonnes tables m’a beaucoup plu. Le cocktail aussi, l’accueil de ces messieurs aussi, bref, je reviendrai ! Après travaux…

Le midi, formules à 12,50 et 14,50 €. Le soir, les entrées sont à 4 et 5 €, les plats (en petite taille comme sur la photo) à 11,50 € (ou 17 € en grande taille) et les accompagnements à 5,50 €, les verres de vin à 4,50 et 5 €, des cocktails entre 7 et 8 €, donc des prix raisonnables et c’est appréciable.

Flesh, 25 rue de Douai, 75009 Paris, 01 42 81 21 93, métro Blanche, Pigalle

Dersou »

6 réponses à Flesh

  1. Je suis positivement étonné par ces prix raisonnables, et cela me donne encore plus envie d’aller y faire un tour 😉

  2. Godbillon dit :

    Hello Caroline,
    l’alcool dont tu parles, c’est du pisco, pas du piscou 🙂 et le cocktail dont tu parles un pisco sour. Très bon en effet (très à la mode en ce moment). Merci pour tes articles!!
    Clarisse

  3. Alice dit :

    Merci pour cette bonne adresse, c’est vrai que les restaurants de « barbecue » fleurissent ces temps-ci, je ne sais pas si tu as également entendu parler de Beast. Pour le niveau sonore, ça me rappelle les Etats-Unis où ils ne peuvent s’empêcher de monter le son assez haut dans les décibels…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT