Jour de fête

11 Oct 2011 • 750184 commentaires

Un nouveau restaurant recommandé par Annick de l’étage pâtisserie à la Librairie Gourmande. Le chef a travaillé chez Monjul me précise-t-elle, les patrons eux n’étaient pas dans la restauration. Soit, il y a quelques jours, c’était dîner chez Jour de fête dans le XVIIIe. Le grand comptoir surmonté de jolies suspensions colorées (j’en récupérerais bien 2 ou 3) mène à une salle tout en profondeur où des tables gentiment bistrotières longent les murs, violet d’un côté, gris de l’autre pour finir par une grande fenêtre donnant sur les abres (ce type d’ouverture sur le végétal me rappelle toujours un décor envoûtant tout le long d’un dîner à Tokyo). C’est mignon, épuré, la lumière en ce dîner se fait douce (trop pour moi et mes photos). Le patron nous demande très vite comment on connaît l’adresse, oui, vous comprenez, on est ouvert depuis quelques semaines seulement, alors on pose la question… Souriante, la serveuse nous donne une grande carte genre ardoise mais un peu encombrante. La jeune femme aussi ne doit pas être du métier, car à chaque couvert qu’elle nous tendra plus tard, elle précise son geste pour nous donner de la main à la main. Quoi je suis tatillonne ?

474-feteMise en bouche, quelques cuillérées de gaspacho, tranches de tomates « anciennes » et buffala. Délicieux.

474-fete2

Terrine de canard aux pistaches, figues confites. La présentation en rond m’amuse, la terrine a de la mâche, de l’humidité, une saveur délicate, pas trop rustre et affirmée, mais plutôt raffinée. Salade très fraîche, avec quelques suprêmes d’orange, des lamelles de radis, ça se mange bien.

474-fete3

Je fais l’impasse sur le cabillaud et suis étonnée par le thon rouge qui figure dans l’autre menu… « Magret de canard miso blanc yuzu, aubergine, poireau crayon » pour moi. Saveur de canard bien robuste pour le coup, parfum sucré du miso et agrumé (le yuzu qui amène une pointe d’acidité et d’amertume), champignons poêlés, aubergine confite montée en petit millefeuille gourmand, mini sphère de chou garni de foie poêlé. Un peu copieux et diffus, mais gourmand.

474-fete4

Le dessert manque franchement de conviction. Rouleau de fine gelée de betterave garni de fromage blanc dense et un peu sucré, le goût de betterave est aspiré par ce dernier. Deux ronds de meringue, quelques tranches de betterave en sus. Pas séduite du tout.

474-fete5

Ô surprise, un Magnificat dans la coupelle de l’addition ! Je n’en avais pas mangé depuis au moins 20 ans, un joli souvenir d’enfance pour moi. Croquant en extérieur, fondant dedans, ce caramel est toujours aussi bon qu’avant.

Le patron vient s’enquérir de nos impressions à la fin. Sincèrement, il y a satisfaction. Pour les habitants du quartier, c’est une jolie nouvelle adresse de bistrot pour un menu à 35 € raisonnable, de là à traverser Paris, non. Le service est souriant, gentil, mais il faudra quand même revoir quelques actions… Choix entre deux menus donc, 35 € et 45 €. Sinon entrées à 12 € (un poil élevé selon moi), plat à 17 € et dessert à mince je ne sais plus.

Jour de fête, 41 rue Caulaincourt, 75018 Paris, 01 77 18 04 23, métro Lamarck-Caulaincourt

Yuzu »

4 réponses à Jour de fête

  1. Clement dit :

    On en revient.
    Le service n’est pas mauvais, il est pathetique. On n’avait jamais vu ca. Toutes les approximations du monde, une attente interminable entre chaque plat, du vin rouge servi dans le verre du vin blanc, …
    Et surtout surtout, cerise sur le gateau, on a voulu commander le dessert au debut. La serveuse nous a suggere de le prendre a la fin. Du fait de toute l’attente, a l’heure de commander le dessert on apprend qu’il ne reste que des Paris Brest. C’etait notre dernier choix, mais on prend ca, bien obliges. Le Paris Brest est tres moyen – creme trop beurree, pas assez de noisette. Et a l’heure de payer, alors qu’on nous demande comment ca s’est passe et qu’on repond que le dessert unique c’etait limite, on se voit repondre qu’il vaut mieux commander son dessert au debut.
    A se tirer une balle.
    Bref, franchement a eviter.
    Une mauvaise experience. Et a ce prix quand on a de petits salaires, ca fait franchement mal.
    C.

  2. Clement, je suis désolée pour vous. C’est sûr, la serveuse va devoir faire des efforts. Nous bizarrement, elle avait insisté pour qu’on commande les desserts en début de repas, temps de préparation, tout ça, tout ça (moi j’avoue que ça a le don de m’agacer toujours un peu. On n’est pas obligé de savoir exactement ce que l’on veut pour la fin du repas et si l’on aura la faim suffisante, alors qu’on n’a même pas commencé à manger).

  3. Tine dit :

    Pour y avoir mangé peu après l’ouverture et y être retournée plusieurs fois, je peux témoigner pour dire que les propriétaires, toujours très sympathiques et accueillants, ont fait des progrès dans le service. Les plats concoctés par le cuisinier japonais sont un régal pour les yeux, avec des cuissons justes, des saveurs parfois étonnantes, qui me ravissent (presque) à chaque fois. …comme ce maquereau laqué au miso avec une soupe au cresson et flan de bonite: d’une délicatesse en bouche et d’une créativité dans la présentation, qui selon moi mérite un détour!

  4. Tine, merci pour ce commentaire et je suis contente d’apprendre que le service s’est amélioré. On sent que l’équipe est volontaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT