L’Assiette

24 Mar 2014 • 750141 commentaire

Avant d’aller faire mes emplettes chez Chocolatitudes dans le XIVe, j’ai déjeuné à L’Assiette, le restaurant de David Rathgeber. Je connaissais déjà l’adresse visitée peu de temps après son ouverture, c’est à dire en 2008, sachant que L’Assiette était auparavant celle de Lulu, Lucette Rousseau, une femme chef réputée pour sa gouaillerie et sa cuisine du Sud-Ouest, dont je me souviens surtout dans La Grande Famille sur Canal +. A propos de TV, le chef David Rathgeber me glisse quand j’arrive qu’il a participé en tant que juré avec Pierre Jancou (ex-Vivant, ex-Racines) à l’émission Mon Bistrot Préféré qui sera diffusée le 7 avril sur M6 (17h20) et que je manquerai pas, j’avoue, ça m’intrigue. Dans ce lieu qui fut aussi une charcuterie, le décor de vieux bistrot brille par endroits (tables en bois vernis, miroirs) tout en étant conservé dans son jus. L’ambiance est celle de quartier et d’habitués (des hommes en salle, des hommes à table), je prends place en attendant mon convive et l’on vient m’amener cette petite assiette avec du pain et du beurre. Je suis bien.

pjambon l'assiette

Des morceaux de bon jambon à attraper avec les doigts et à mâcher avec du pain et du beurre, c’est simple, efficace.

rillettes jarret de porc foie gras

En entrée, j’ai choisi les rillettes de jarret de porc et de foie gras. Bien aromatiques avec leur bain de cuisson (herbes, vinaigres, échalotes et compagnie), elles attaquent sérieusement en mâche (c’est ce que j’aime dans les rillettes), mais sont aussi bien liées avec le foie gras dont le goût se perd peut-être un peu dans celui de porc cuit cuit aux aromates. Pour les accompagner, une salade de lentilles blondes très fermes et bien assaisonnées (leur fermeté ajoute encore pas mal de mâche). En face, vous ne rêvez pas, c’est bien un croque-monsieur à la truffe, soyeux et croustillant et généreux en parfum de truffe.

coquillettes truffe

C’était l’un des plats qui figuraient à l’ardoise (il y a la carte avec les classiques et les suggestions du jour à l’ardoise). Avec mon accompagnateur, elles nous ont tout de suite fait de l’œil. Les coquillettes au jambon, au fromage, au jus de viande et aux truffes. A la cuillère, ça file très vite, c’est parfumé à souhait, assez gras on en convient, délicieux. Je vais quand même vous faire un aveu, j’ai souvent l’impression avec la truffe de courir après un fantasme plus que de le vivre à la dégustation. Je la trouve souvent plus puissante au nez qu’en bouche et donc assez courte et évanescente en dégustation, c’est peut-être aussi ce qui fait le charme de la truffe.

crème au caramel

Pot de crème au caramel au beurre salé, crème dense, très fraîche et caramel fort qui active la salivation, c’est très bon.

Au déjeuner, il y a une formule à 23 € qui peut soulager certains, car à la carte, ça peut grimper assez vite (entrées entre 15 et 20 €, plats entre 25 et 30 €, desserts autour de 10 €). Du goûteux, du genre bistrotier bourgeois et généreux, des produits nobles, le client amateur est heureux.

L’Assiette, 181 rue du Château, 75014 Paris, 01 43 22 64 86, métro Pernety

Une réponse à L’Assiette

  1. Solenne dit :

    Travaillant juste à côté, c’est un de mes restos préférés dans le quartier! Les coquillettes aux truffes sont incroyables et je suis fan des petits boudoirs maison qu’ils servent avec le café. J’aime bien le côté vieux bistrot qui y règne. Une très belle adresse je confirme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT