La Canaille

27 Fév 2009 • 750044 commentaires

Avant de filer à Honfleur et de goûter aux joies (non dissimulées) du Sa.Qua.Na (que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas), voici un petit bistrot déniché hier midi. La Canaille, une institution bistrotière dont les cuisines ont été reprises il y a quelques mois par Jean-Philippe Crouzet, un ancien de Chez Ramulaud (l’ex-gloire de Gilles Bénard maintenant présent aux Terrines de Gérard Vié, là-bas, vous ne pouvez pas le louper, sa carte des vins non plus d’ailleurs). Bref, La Canaille a beau être une institution des abords de Bastille, on y perçoit un brin d’excentricité… Le lieu expose quelques artistes bien sentis et ne manque pas de dédier des soirées aux plaisirs bachiques (voir sur le site). Dans le décor, ça jaillit de couleurs par endroits, ça patine dans le registre bistrotier à d’autres et ça amuse tout au fond grâce à une fresque représentant un mur qui s’écroule pour mieux laisser voir la colonne de Bastille. Trois salles, une vue sur la cour au milieu avec son Bacchus enjoué, un service qui se démène pour amener les plats dans les temps et des petits vins triés sur le volet.

266-CanaillePain perdu aux légumes pour commencer. Déjà du pain perdu salé, ça suscite la curiosité. Une tranche fondante de pains agglomérés, garnie de courgettes, de champignons et d’olives noires, avec sa crème au parmesan (c’est ce qui m’a semblé) et son œuf poché, ça se dévore sincèrement. Sans oublier le « sauçage » de rigueur à la toute fin, avec une bonne baguette, c’est tant mieux.

266-Canaille2Filet de truite de la mer, impeccablement cuit, fondant et délicat, posé sur une fondue de fenouil au curry et quelques lamelles de féta qui apportent une touche d’acidité. Un plat probe et gourmand, toujours bienvenu.266-Canaille3Une fois n’est pas coutume, un « cake banane chocolat », le genre de dessert qui ne me fait pas grand effet à la lecture. C’est terrible, je m’attends le plus souvent à ce que la texture du cake n’y soit pas, que la banane soit trop manifeste, trop ingrate. Cette fois, c’est comme une intuition, allez, je me lance pour découvrir à l’arrivée, cette vraie texture de cake (légère et à la fois fondante, avec le côté spongieux, mais très, très discret) et un goût de banane chocolat vraiment réussi. Pourquoi ? La pâte est bien parfumée, les saveurs l’ont intégré, sans morceaux pour autant. Les pointillés que vous apercevez sont des points de jus de fruits de la passion (férue que je suis, j’ai failli les essuyer avec le doigt).

Formules du midi : 14,50 € et 18 € (c’est cette dernière que vous voyez) et menu carte le soir : 29,80 €
Peut-être pas de quoi traverser tout Paris, mais assurément une gueule de bon bistrot et une cuisine enlevée qui vous régale entre midi et deux à petits prix.

La Canaille
4 rue Crillon
75004 PARIS
T 01 42 78 09 71
Métro Quai de la Râpée

Tags Technorati : , ,

Etoile »

4 réponses à La Canaille

  1. Sébastien dit :

    Caroline,
    Oh que je vous envie cette virée normande. Le Sa Qua Na est probablement un de mes meilleurs souvenirs gastronomiques de l’année 2008 qui fut pourtant ponctuée de passages chez des très grands (Le Jules Vernes (Bof!), Piège (Humm…), L’Atelier (Waouh !!), …).
    J’attends avec impatience que vous nous confirmiez que cette table vaut toujours autant le coup.
    Bon week end.
    Sébastien

  2. Oh tu retournes chez Sa.Qua.na, veinarde … Après un compte rendu du OFF, je prépare un petit texte sur le fabuleux Poisson Pilote 🙂
    bises

  3. Laurent Jouanne dit :

    Juste pour info en passant, Gilles n’est plus aux Terrines…

  4. – Sébastien, je vous le confirme…
    – Le Cookie Masqué, je ne manquerai pas de lire tout ça !
    – Laurent, comment ça, Gilles n’est plus aux Terrines ? Déjà sur la prochaine affaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT