La Frégate

21 Sep 2007 • 750126 commentaires

Propre comme un intérieur de yacht (pas ceux de Mouna Ayoub et de Vincent Bolloré non plus. Quoique, je dis ça, je ne les ai jamais vus), voguant sur la partie la plus morne de la rue Ledru-Rollin, La Frégate attise la gourmandise des déjeuners d’affaires du coin. Rideaux épais, bleus de rigueur, bois couleur d’ambre pour recouvrir les murs, tables espacées et nappes bien tendues, dans sa vision attendue de l’esprit « yachting club », le décor s’en sort plutôt bien. En fait, c’est du côté des cuisines que ça part totalement en vrille. L’unique table pour mangeur esseulé se situe au fond du restaurant, collée au rideau qui sépare la salle des cuisines. A chaque entrée et à chaque sortie, je suis témoin auditif d’une sérieuse engueulade entre un commis, le chef et l’un des serveurs qui s’en mêle, qui manque de provoquer une fusillade et qui ressort le sourire limite mesquin. En cuisine, sachez qu’on ne plaisante pas, la mêlée de commis peut vite s’échauder (ma langue a fourché, disons que c’est pour ce soir, désolée pour ceux qui ne veulent plus rien voir, plus rien entendre au sujet du rug…).

La cuisine ? Des poissons de première fraîcheur, des cuissons respectueuses des chairs et des épidermes, un régal. Vous verrez aussi que les agréments, les points de sauce, les feuilles, les pétales… en font parfois un peu trop.

131-fregateLe fond de pâte feuilletée (impeccable), les filets de sardines frétillants, qui se laissent fondre sous la dent, les tomates confites, les feuilles de salade au milieu (on se demande un peu ce qu’elles viennent faire à cet endroit précis) et la confiture d’olives noires racée, exquise, comme une cerise sur le gâteau.

131-fregate2

Filets de bar toujours très bien cuits, sur une réduction aux agrumes visant l’amertume et l’acidulé, quelques légumes encore croquants (pois gourmands, carottes, pommes grenaille) et des quarts de poire fondants parsemés d’amandes concassées, ça circule bien, c’est agréable et savoureux.

131-fregate3

Un savarin aérien, une mousse de biscuit qui s’écrase sous les dents de la fourchette, une crème fouettée dense à souhait et un coulis de framboise sur le côté, jusque là tout va bien. Soudain, je goûte aux pétales de tomate confite, mêlés au coulis de framboise, j’ai comme un goût de sang dans la bouche, la glace à la vanille en fait trop et je ne parle pas de la gelée de citron vert qui se cache derrière et des feuilles de basilic plantées dans la crème, j’ai le mal de mer.

Des produits de très bonne facture, mais sur le dessert, ils ont eu tendance à tout mélanger, entrée, dessert, hémoglobine…
Menu à 38 € et formule à 30,50 €.

A la Frégate
30 avenue Ledru-Rollin
75012 PARIS
T 01 43 43 90 32
Métro Quai de la Rapée, Gare de Lyon

Tags Technorati :

6 réponses à La Frégate

  1. Eliz dit :

    Et du bon poisson à Paris ça a son importance!
    Encore un très beau reportage….
    Dites-moi Caroline,pourriez-vous me faire connaitre votre parcours sans indiscrétion? Est-ce un boulot à temps plein?
    Je travaille dans les relations presse (mode) mais réfléchis à une éventuelle reconversion, et l' »écriture » culinaire m’intéresse bcp, bcp…..
    D’avance merci! (réponse sur mon mail bien sur!)

  2. TVnomics dit :

    « mais sur le dessert, ils  » : ils quoi ?

  3. Caroline M dit :

    Eliz, vous avez quelques infos sur l’A Propos et je vous réponds par mail…
    TVnomics, la honte, je viens de finir ma phrase.

  4. Philippe D dit :

    Rien de plus normal que de profiter d’une note sur La Frégate pour qu’un poisson se manifeste… Grand amateur de musique classique mais aussi de bonnes tables, j’ai découvert votre blog grâce à la rubrique « blog à la une » de Typepad. J’ajoute votre weblog à la liste des blogs à découvrir. Je ne sais pas depuis combien de temps vous le tenez. J’en suis pour ma part à un an (http://lepoissonreveur.typepad.com/). Expérience prenante (la musique n’est pas mon activité professionnelle) mais passionnante avec un phénomène d’accoutumance… inquiétant ! Je souhaite sincèrement longue vie à Table à découvert…

  5. TORRES Antonio dit :

    madame je viens de lire vos commentaires sur le restaurant la frégate avenue ledru rollin,je me présente Torres Antonio ancien chef du restaurant Le Voltaire Paris 7eme je suis le nouveau propriétaire du restaurant et je pense que les choses ont changé depuis votre passage. merci cordialement mr Torres Antonio.

  6. Monsieur Torres, nous en prenons tous bonne note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT