L’Atelier – Rabanel à Arles

4 Août 2010 • Camargue2 commentaires

Malgré ce que vous pouvez penser, ces instants relèvent du reportage et non de vacances qui auraient déjà commencé. Me voici à Arles, à peine arrivée de la gare que je me retrouve nez à nez avec une Course Camarguaise dans l’arène, une dizaine de types habillés de blanc et extrêmement agiles, faisant tout pour attirer l’attention du taureau et lui piquer la cocarde qu’il porte entre les cornes.

372-atelierBon, tout ça ne nous dit pas ce qu’on va manger… A quelques mètres des arènes, dans la rue des Carmes destinée à devenir rue Rabanel selon moi (sans les moyens de la rue Le Bec à Lyon) : sur la petite rue dénuée de circulation, visez, l’Atelier (2 étoiles), le bistrot et depuis peu Iode, le concept de livraison de plateau de fruits de mer à Taco (taxi-vélo électrique).

Des concepts bien pensés par le chef Jean-Luc Rabanel, de souche gasconne, mais comme un poisson dans l’eau en Arles depuis plusieurs années. Déjeuner à L’Atelier fin juillet, extraits choisis. Je vous la fais courte, c’est l’été, bientôt les vacances, je réduis la cadence…

372-atelier2

Une entrée simplement appelée « Camargue », un fond de tapenade séchée, des tomates sous toutes les formes, chips, sorbet, gaspacho, fraîche et feuille d’huître.

372-atelier3

La Tartine de Rabanel, c’est un truc de dingue ! Une fine tranche de pain grillé, tartinée de crème au citron et aux anchois et garnie d’un bouquet de verdure et d’un sorbet hmm citron je crois. Mini aubergine, tomate, courgette, tout est chargé en sève, en goûts et en fraîcheur.

372-atelier4

Filet de bar sur écrasée de pommes de terre, pétales de tomates, d’olives.

372-atelier5

Toutes petites côtelettes d’agneau avec un trait de vinaigre de Xérès réduit au chocolat (perso, je l’ai gratté avec les doigts, pas mieux pour les côtelettes d’agneau…), moelleuses, tendres, on se prend à penser comme un ogre avec des cuissots d’enfant.

372-atelier6

Millefeuille à l’abricot, compoté en dessous, frais au dessus (enfin poché à la verveine), crème d’amande et sorbet amande. Un vrai pêché mignon.

Je vous l’ai fait courte, je vous ai prévenu, ces 5 photos rentraient dans un menu qui en comportait bien plus, un peu trop pour moi ce jour-là. Mais quel festival à l’arlésienne ! Pas étonnant que la ville soit autant source d’inspiration pour Lacroix que Rabanel, je sais, c’est facile, mais lorsque vous abordez cette ville, cela vous semble encore plus évident. La cuisine du chef « du vivant » comme il dit, est un tourbillon de vivacité, de saveurs (beaucoup dans l’assiette parfois, c’est qu’il est enthousiaste) et de couleurs. Une cuisine comme je n’en avais jamais goûté et qui ne ressemble à aucune autre. Ce n’est pas si fréquent de rencontrer quelque chose d’unique, sans antécédent, sans lien, si ce n’est avec la région de production et l’esprit d’un chef gai, joueur, une vraie gueule.

Côté prix, menu déjeuner à 45 € (7 plats, 85 € avec boissons) et le soir à 85 € (13 plats, 150 € avec boissons) ! Côté boissons justement, la sélection de vins se fait en naturel surtout et en vins blancs entre Languedoc (Pic Saint-Loup), côte du Rhône, de vraies découvertes à la clé, avant un final rouge sur l’agneau et un pétillant naturel rosé (FRV100) sur le dessert à la fraise (oui, je ne vous ai pas tout dit).

L’Atelier, 7 rue des Carmes, 13200 Arles, 04 90 91 07 69

2 réponses à L’Atelier – Rabanel à Arles

  1. cécile Cau dit :

    Bien sûr que c’est une belle table. Déjeuner A Coté hier, le bistrot de rabanel, dans la même rue, qui se tient aussi fort bien, même si pas léger sur les prix… et puis découvert un nouveau petit bistrot bien mignon que j’ai baptisé la bogeguita del bordier…

  2. Suis d’accord pour les prix du bistrot où j’avais été la veille de ce déjeuner. Ah oui, j’ai vu, ton bistrot del Bordier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT