Lazare

20 Sep 2013 • 750082 commentaires

Lazare est le restaurant qui s’inscrit dans la nouvelle galerie de la gare Saint-Lazare et son chef n’est autre que le chef de l’hôtel Bristol, Eric Frechon… C’est dire si ce genre d’ouverture attire les foules, les journalistes, les curieux… Du coup, la réservation n’est pas chose aisée et il faut vous y prendre quelques jours à l’avance. Je préfère prévenir avant que vous ne vous précipitiez là-bas dès 12h aujourd’hui. Si c’était le cas, les places auxquelles vous aurez accès sans réservation sont celles au bar pour le plat du jour et un service rapide, bar très agréable soit dit en passant. Des courbes sensuelles, des couleurs cuivre pas si fréquentes que ça aujourd’hui dans la restauration et qui se prêtent pourtant si bien à la cuisine (c’est dans les vieux cuivres qu’on fait les meilleures confitures). Sans vouloir faire une fixation sur le cuivre, on le retrouve aussi ici dans les étagères qui couvrent les murs, sous la forme de poêlons, accompagnés de piles d’assiettes et de pichets géants, image qui me fait penser à ces vieilles cuisines cossues des hôtels particuliers (celle du Musée Nissim de Camondo en est l’un des plus bels exemplaires conservés aujourd’hui à Paris, si vous ne la connaissez pas, je vous conseille d’y filer ce week-end, l’atmosphère de cet hôtel vous saisit d’émotion). J’en reviens à Lazare, la salle est vaste, la hauteur de plafond vertigineuse. C’est chic, contemporain, avec de douces notes rétro (le carrelage aux motifs à l’ancienne, auquel je suis sensible, je me demande bien le nombre de fois où je signale les vieux carrelages). La carte est imprimée façon journal avec ses petites annonces, son horoscope, il y a des foules de choses qui font envie, notamment les plats du jour du semainier, mais ça ne sera pas pour aujourd’hui…

oeufs mimosa

Les œufs mimosa !!! J’avais oublié comme c’était bon (ceux de mes grands-mères étaient sublimes aussi, toujours avec plein de ciboulette et le jaune passé à la moulinette en déco). Trois thèmes ici, le crabe, la ventrèche de thon et je ne sais plus. Les thèmes se font discrets, ils sont juste là pour soutenir le soyeux du blanc d’œuf, la mayo bien relevée et le jaune entremêlé. 12 € tout de même les œufs.

moules lazare

Oh la, on m’avait pourtant prévenu, mais je confirme, elles font partie des meilleures cuvées de moules de Bouchot que j’ai pu goûter dans ma vie (16 €). Elles arrivent dans leur coque de cuivre (et oui, encore !) d’origine portugaise. On soulève le couvercle et ô surprise, c’est d’abord un parfum de laurier, puis de thym, de moules, de beurre, de crème, de céleri. Chaque moule est d’une jolie fermeté, d’une cuisson parfaite et extra savoureuse. Je me régale jusqu’à la fin, même sur la gousse d’ail fondante que je prends au début pour du fenouil ou je ne sais quoi d’autre. La difficulté serait de finir la sauce dans le fond avec du pain (il y en a beaucoup) et puis, les frites qui glissent entre les doigts à force d’attraper les moules…

paris deauville

Voici le Paris-Deauville, une recette du chef Eric Frechon spécialement créée pour Lazare. Un gâteau froid entre flan, soufflé, le tout très caramélisé et vanillé et d’une légèreté déconcertante. Très, très bon.

poelee de mirabelles et verveine

Je vous laisse jeter un oeil à cette poêlée de mirabelles à la verveine (accompagnée d’une excellente glace à la vanille). Du fruit parfaitement cuit, pas compoté, mais entier, encore ferme et juteux et en même temps avec un côté caramélisé et doré. Avec, la verveine est jouissive. Et quelle bonne idée de servir dans le poêlon comme beaucoup d’autres plats ici d’ailleurs.

Donc je veux revenir pour la salade de pommes de terre et d’andouille de Guémené grillée (je n’arrivais pas à détacher mes yeux de l’assiette de mon voisin), l’agneau confit, la saucisse purée du jeudi et je ne sais plus quoi encore. Côté prix, le plat du jour du semainier est à 18 €. Les entrées sont entre 7 et 25 €, les plats entre 16 € et 39 € et les desserts entre 6 € et 12 €. Il y en a donc pour tous les prix. Ouvert 7 jours sur 7 et aussi pour le petit-déjeuner !!!

La clientèle a déjà l’air presque habitué et je pense qu’elle ne va pas lâcher l’affaire, beaucoup de mâles, de costumes et de déjeuners d’affaire. Le Figaro est passé par là. Allez, on tente de faire bouger les choses ?

Lazare, parvis de la Gare Saint-Lazare, 75008 Paris, 01 44 90 80 80, métro Saint-Lazare


Agrandir le plan

2 réponses à Lazare

  1. Encore une bonne critique,une adresse pour se faire plaisir vu les prix pratiqués.

  2. Leculeur dit :

    Bonjour caroline

    Oui je confirme excellente adresse un peut trop médiatisée a mon sens mais bon , ça va se calmer , enfin j’espère
    Tout est Top comme tu l’expliques et pour les gens pressés ( ou non pressés d’ailleurs ) au bar ne pas ignorer le sandwich jambon , c’est simple mais la on est au sommet
    le pain de campagne fait du jour dans les cuisines
    le jambon longuement cuit par le chef du restaurant
    et la cerise sur le gâteau , ou le beurre sur le pain !!! celui qu’on ne presente plus , le beurre de chez Bordier a Saint Malo , et le verre de vin ‘ sancerre ou saint nicolas bien servi a 5 €
    Mais Bon je m’égare surtout n’y allez pas il n’y aura plus de place pour moi
    Amitiées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT