Le Beaujolais d’Auteuil

13 Fév 2009 • 750165 commentaires
En octobre 2008, le jeune chef Nicolas Duquenoy reprend les cuisines du Beaujolais d’Auteuil. Des plats bistrotiers bien réalisés, des touches fraîches et enlevées, ça ne traîne pas, les deux pontes des guides de bistrot, Monsieur Lebey et Monsieur Pudlowski, lui décernent respectivement en 2009 le prix du meilleur bistrot traditionnel et celui du meilleur bistrot de quartier. Un doublé gagnant pour ce bistrot de la Porte d’Auteuil, bondé entre midi et deux d’une clientèle du 16e, jeune, moins jeune, chic, moins chic, qui prend tout de suite ses aises dans ce décor frais et pimpant de banquettes rouges, de murs couleurs perle et de lampes baroques Kartell (si vous les connaissez, vous voyez tout de suite de quoi je parle). L’équipe affable fait son possible pour aller au plus vite, comme hier midi pour m’amener dans le fin fond recoin du bistrot la corbeille de pain délicieux et le beurre de chez Bordier. Au Beaujolais d’Auteuil, ce dernier a même droit à son beurrier à son nom « le beurre Bordier », inscrit sur une tablette de plexiglas  recouvert d’une fine ardoise… Quand le beurre se fait star. Je vous rassure, quand la faim prend au ventre, cela n’empêche personne de l’éventrer et de s’en tartiner des tranches de pain épaisses. Pas trop quand même, voyez ce qui suit. Formule entrée-plat-dessert, 30 €, dégustée face à une glace…

263-Beaujolais-AuteuilLe boudin noir de chez Christian Parra (une maison du Pays Basque), cerclé sur un lit de dés de pommes acidulées et un feuilletage très fin (on ne peut même pas l’apercevoir) et bien beurré qui apporte le croustillant. Tout est propre bien fait, le boudin noir particulièrement épicé (on sent qu’il a sa somme d’aromates et d’épices et c’est ce qui le rend bon) a de la texture, du fondant, se mariant bien avec les pousses sauvages et variées.

263-Beaujolais-Auteuil2

Pièce de veau rôtie, servie rosée avec un écrasé de chou-fleur à la truffe (délicieux et très parfumé, n’oubliez pas que la truffe est très abondante cette saison ! On la trouve aux alentours de 600-700 € le kilo), une « étuvée d’épinards » (amers, fondants, ils connaissent aussi les joies d’un trait de jus de cuisson) et ce fameux gratin de coquillettes chou-fleur, bien crémé et piqué d’une pincée de piment d’Espelette. Après ça, on est prêt à affronter un 2e hiver, mais la carte des desserts sait aussi se faire séduisante.

263-Beaujolais-Auteuil3

Comme cette nage de clémentines légère, les quartiers de fruits sont gonflés à bloc, je me suis demandée toute la dégustation comment on avait pu être autant les faire gonfler (à part souffler dedans, je ne vois pas). Plongés dans un sirop parfumé au romarin, ils s’accompagnent d’une guimauve au romarin et d’une tuile caramel et éclats de noisettes. Agréable et rafraîchissant.

Menu carte à 30 €, à la carte 40 € environ (avec les suggestions du jour comme la sole ou la côte de veau à 38 €). Ouvert tous les jours !
Un rapport qualité prix honnête, dans un bistrot chic du 16e pour une addition qui n’ira pas sous la barre des 30 € (entrées à 8,50 €, plats à 19 € et desserts à 7 €), bref, vous êtes vite tentés de prendre les 3 dans la formule à 30 €…

Le Beaujolais d’Auteuil
99 boulevard de Montmorency
75016 PARIS
T 01 47 43 03 56
Métro Porte d’Auteuil

Tags Technorati : , ,

5 réponses à Le Beaujolais d’Auteuil

  1. chantal dit :

    Attirés par votre commentaire après celui du Figaroscope nous avons voulu tester ce dimanche le Beaujolais d’Auteuil.
    Las… Vous avez eu droit avec votre pièce de veau à un pressé de chou-fleur parfumé à la truffe…pas nous et quand nous avons fait remarqué au personnel qu’il fallait s’appeler Mignot pour en bénéficier, nous n’avons eu que des échanges de sourires entre les serveurs…
    Si non que dire, sur les six plats (nous étions deux)trois réussis, l’entrée au boudin et les deux desserts. La terrine de lapin en entrée était plus que glacée et la gelée n’avait pas pris. La pièce de veau je n’en parle plus et l’onglet de bœuf a du être renvoyé en cuisine pour avoir la cuisson à point demandée et ses pommes de terre étaient à peine tièdes….
    Bref déception.

  2. Chantal, je précise que j’y suis allée incognito et sans vouloir faire preuve d’une trop grande modestie, je ne suis pas sûre que l’équipe du Beaujolais d’Auteuil sache qui est le « critique Mignot ». Votre remarque me donne envie de mener mon enquête.
    Quant à la qualité inégale de l’ensemble de vos plats, j’en suis bien désolée. Pour ma part, chaque plat m’a semblé bien maîtrisé. Affaire à suivre donc.

  3. david dit :

    surement une erreur ma chere chantal moi je vais dans ce bistro depuis que les proprietaire ont changés je n’ai jamais été decu ni mes amis d’ailleurs mais en y reflechissant c’etait le lendemain de la st valentin peut etre que la soirée avait été eprouvante retournez y pour etre sure vous verrez on s’y regale

  4. Merci David pour cette remarque ! 😉

  5. Nina dit :

    tout comme Chantal, nous y sommes allés sur la foi d’articles élogieux, nous régalant à l’avance et imaginant trouver une bonne adresse dans notre quartier. Déception, accueil inexistant (ni bonjour ni au revoir…) plats chers et décevants. Nous n’y retournerons pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT