Le Cette

3 Mar 2017 • 75014Aucun commentaire

Le Cette est un bistrot dont j’avais noté le nom il y a belle lurette. Et puis le jour est enfin arrivé. L’ambiance est de celles que j’aime à l’heure du déjeuner, des tons doux, une lumière qui berce notamment grâce à la fenêtre traversée par une multitude de branches de lierre, des cuirs de couleur naturelle et puis cette desserte au milieu de la salle avec ses bouteilles, son sac à pain, ses verres. C’est simple, il n’y a rien de superflu, tout a sa place et le décor pourrait être de toutes les époques, sans répondre à des critères particuliers. J’aime bien ces lieux qui se fichent des modes et sont pourtant toujours dans l’air du temps. Autour de nous, à l’heure du déjeuner, les bouteilles s’ouvrent dans le plaisir et on remarque aussi un certain nombre de petits verres aux liquides concentrés pour terminer…

Salade de harengs fumés David’s, semoule fine, rattes, herbes folles. Un intitulé comme ça, moi ça me plaît et avouez que l’assiette a de la gueule. Les filets sont goûtés, leur note fumée se fait discrète. J’adore la semoule fine bien enrobée d’huile et d’herbes, la verdeur des herbes, le piquant du radis. C’est très frais, délicieux, je fais juste attention à une ou deux arêtes fines, je ne sais jamais à quel point elles peuvent s’avérer dangereuses.

Dos de saumon sauvage de Norvège, bouillon volaille, shitaké, pak choï, daïkon, chou vert. Là encore, c’est appétissant comme tout. D’une belle lisibilité, je sais ce que j’ai dans l’assiette et je savoure. Surtout que le poisson est superbement cuit (intérieur tout moelleux et juteux), les légumes cuits simplement aussi sont très goûteux, avec des textures différentes vous imaginez. Et ce bouillon, se fait un plaisir de le boire à la cuillère. Qu’est-ce que j’aime manger un plat à la cuillère, à la fourchette et au couteau. Il n’y a rien de tel pour varier les plaisirs et le bouillon dans un repas, ça a ce côté rassérénant que j’adore, c’est digeste, nourrissant, j’en voudrais tout le temps (ou presque).

Mousse au chocolat. Celle-ci est en fait cachée sous une coque fine derrière et au premier plan, c’est une ganache extrêmement dense et chocolatée. Je crois que je n’ai pas grand chose à ajouter. Du chocolat, du chocolat et encore du chocolat.

Autre dessert (on se partage les deux avec mon amie), la génoise aux marrons, avec sa crème de marron et sa douce chantilly (et puis deux pics de meringue). Ça c’est sûr, qu’est-ce qu’elle est aérienne cette chantilly, ce qui contraste avec la génoise assez dense et la texture du marron toujours un petit peu grumeleuse. Moi j’aime beaucoup, mon amie aussi tout en trouvant que c’est plus un dessert goûter (c’est la génoise qui lui fait dire ça).

Ce déjeuner qui contraste les sensations, les goûts et les textures, ces desserts simples et gourmands, de la belle cuisine de restaurant !

Les formules déjeuner sont à 25 et 28 €, le soir (ça se corse un peu), menu à 48 € et prix à la carte aux alentours de 60 € (entrée, plat, dessert).

Le Cette, 7 rue Campagne Première, 75014 Paris, 01 43 21 05 47, métro Raspail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT