Le chocolat non conché de la Manufacture Alain Ducasse

21 Fév 2013 • 75011, Pâtisserie7 commentaires

Mardi, je suis allée à l’inauguration de la chocolaterie d’Alain Ducasse. Quand vous passez devant le 40 rue de la Roquette, vous sentez déjà le chocolat. La cour passée, la boutique se laisse admirer sous son puits de lumière et tout le long à droite derrière les vitres, ce sont les vieilles machines achetées au quatre coins de l’Europe qui s’exposent et marchent. Ici on fait du chocolat à partir des fèves de cacao (en plein Paris, l’idée est excitante avouez). Quand Alain Ducasse fait du chocolat, Alain Ducasse se donne les moyens de faire du chocolat. Quand Alain Ducasse veut, Alain Ducasse a. Tel Dieu en sa demeure, il habille sa main d’un gant et soulève les couvercles de ses coffres pour faire découvrir ses chocolats. Mais il n’y a que lui qui actionne, Nicolas Berger, chef pâtissier travaillant aux côtés d’Alain Ducasse depuis pas mal d’années est aussi à l’origine de ces 43 tablettes (!) et de ces bonbons de chocolat (j’y reviendrai) et suit la fabrication du début à la fin. Mais j’en viens à ce qui a toujours le dernier mot ici : la dégustation !
566-Alain-Ducasse

Mon amie Clotilde qui partageait la visite avec moi m’a vite fait remarquer qu’il y avait parmi toutes une tablette de chocolat non conché. « On en trouve aux Etats-Unis, ça plaît beaucoup, il y a un côté chocolat fabriqué à la meule, à l’ancienne ». Je fus aussitôt intriguée et repartis avec une tablette de chocolat noir non conché et une autre de lait (ainsi qu’une fourrée noix de coco fruit de la passion, une très lait à 35% et une mendiant pistaches sablées. La maison eut la gentillesse de nous offrir une boîte « découverte », composée de bonbons pralinés, de ganaches pure origine et de ganaches parfumées.

Sur la photo, c’est le chocolat au lait non conché. A peine vous ouvrez le sachet, les parfums fuient avec ardeur. Le conchage correspondant à la dernière étape, c’est à dire l’affinage du chocolat, imaginez un chocolat comme « brut », on sent le sucre qui craque, il y a plusieurs parfums à la fois, comme si tout n’avait pas fusionné, cacao, sucre, lait, caramel (dans le cadre du lait, le noir est différent), en même temps des notes acides. C’est surprenant et assez addictif rapidement.

J’aurais voulu vous montrer quelques bonbons de chocolat praliné, mais les dernières heures ont eu raison d’eux. Moi qui aime beaucoup les pralinés, ceux de la Manufacture ont le don de décliner les textures (granuleuse, soyeuse, aérée) dans des goûts assez fantasmatiques pour moi : pistache (qui révèle une belle note de sel, je vous préviens, mais alors ce praliné est un truc de dingue, de la pistache puissance 10), noisette, amande et celui que je n’ai pu goûter car je me le suis fait piquer sous le nez, le cacahuète. Je pense que d’ici 7 jours, j’aurai réglé la question.

Le chocolat Alain Ducasse, Manufacture à Paris, 40 rue de la Roquette, 75011 Paris, 01 48 05 82 86, métro Bastille

« Garance

7 réponses à Le chocolat non conché de la Manufacture Alain Ducasse

  1. Riane dit :

    Yark. Bon, je suis toujours pas au point dans ma surveillance des nouveautés gourmandes, je n’étais pas au courant de cette inauguration.
    D’ailleurs, je me demandais si vous pouviez me dire comment vous en avez été informé? (Je tente de me « brancher » sur les bons réseaux…)

  2. Hélène dit :

    Tentant mais…
    Avec le cuisinier monégasque on peut craindre des prix dissuasifs.
    ?
    PS:Coquilles;
    « de nous offriR »
    « J’aurai voulu vous montrer quelqueS intérieurS »

  3. Les Tasters dit :

    Que penses-tu du prix alors et quelle est le poids des tablettes?

  4. Claire dit :

    Ha j’adore ce concept de chocolat non conché, à essayer tout de suite !

  5. – Riane, en tant que journaliste, je reçois des dossiers de presse de marques, d’établissements et il y a aussi les infos que l’on s’échange entre journalistes.
    – Hélène, oui, ce n’est pas donné, sans doute aussi cher que d’autres situés dans des quartiers plus huppés, mais il faut appuyer le fait que tout est fait par la maison, ce qui demande un travail colossal.
    – Les Tasters, une polémique a plus ou moins été soulevée, c’est ça ? Les poids des tablettes sont différents selon s’il agit de tablettes pure origine ou de fourrées, les prix sont démoniaques, c’est selon les envies et les moyens de chacun. Mais moi je ne regrette pas mes achats et je compte bien y retourner pour goûter le praliné cacahuète.
    – Claire, le non conché, c’est vraiment à goûter, je confirme (je viens de terminer la tablette de noir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT