Le Cotte Rôti

16 Sep 2008 • 75012Aucun commentaire

J’avais bien entendu parler de l’ouverture il y a un an, les aléas, les déplacements, rien n’y faisait… Samedi soir dernier, c’était la bonne, me voici au Cotte Rôti, jeu de mots sur le nom de la rue (1 rue Cotte à Paris) et l’appellation Côte Rotie, située au nord de la Vallée du Rhône. Un plafond pas bien haut, une salle accueillante aux tons ardoise, piqués d’accents oranges plein de tonicité. Un mobilier de bistro qui met dans l’ambiance, des bouquets de fleurs orangés, la serveuse au sourire exquis et quelques ardoises pour annoncer la couleur de l’assiette et du verre. A peine installé, on sent qu’on se délasse, on se met à l’aise, le ton est donné, le choix porte sur un Saint-Joseph Domaine Chèze Ro-Rée 2007, vif avec du gras, d’une jolie complexité et d’une sublime couleur dorée, une vraie gourmandise.La cuisine a du peps, bistrotière avec une pointe de créativité, pressé de queue de boeuf et de foie gras, filet de lieu et purée de céleri…

227-cotte-rotiePour commencer, rillettes de sardines soyeuses en bouche (lisses et douces), légèrement relevées, servies avec une mini baguette sortant du four appelée « gressin aux olives » (qui fait un peu patte de marcassin, posée comme ça, je vous le concède), croustillante, elle laisse du gras sur les doigts à chaque bouchée, ce qui n’est pas pour me déplaire, c’est délicieux.

227-cotte-rotie2

Gratiné de penne au homard pour suivre. L’assiette est brûlante (c’est sans doute elle qui est passée sous la salamandre), remplie de penne al dente, d’une crème légèrement gratinée sur le dessus, de quelques chairs de homard exquises et de ce fond de crème presque sucré aux parfums de homard délicieux. J’hésite à finir le fond crémé de l’assiette à la cuillère tellement c’est bon.

227-cotte-rotie3

La lumière s’est tamisée légèrement… Financier aux cerises pour finir et sa glace au lait de brebis. Le financier craque bien sur les bords, délicieux avec ses cerises au fond, mais trop sucré… Excès de sucre qu’on retrouve également dans la glace onctueuse et gourmande, mais trop sucrée. Remarque que je fais aussi pour le gratiné de figues à l’anis de mon accompagnateur, absolument exquis, mais trop sucré.

Formule le midi à 14 €, le soir, menu à 25 € (entrée-plat ou plat-dessert) et 30 € (entrée-plat-dessert), avec 5 € de supplément pour les penne.

Le Cotte Rôti
1 rue de Cotte
75012 PARIS
T 01 43 45 06 37
Métro Ledru Rollin

Tags Technorati : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT