Le Petit Verdot

3 Nov 2014 • 75006Aucun commentaire

C’est la journaliste Alexandra Michot qui en une photo postée sur Instagram m’a donné le goût d’aller visiter Le Petit Verdot, j’avoue, j’étais toujours passée à côté. C’est réparé, au déjeuner avec un ami pâtissier, pour un menu à 29 €, juste, enlevé et extrêmement savoureux. Des murs jaunes ponctués de poutres apparentes, du parquet, des tables de bistrot rousses et des chaises simples, un air de Bourgogne et des menus inscrits à l’ardoise que le maître des lieux déplie devant vous, ces airs de Province en pleine rue du Cherche Midi à Paris ont du bon. Le Petit Verdot est tenu par Hide Ishizuka, hôte et sommelier de talent qui comprend vite nos intentions. Autant aller directement à la région qui nous fait envie ce jour, Alsace pour mon ami et Rhône pour moi. La phrase qui introduit le site du restaurant est la suivante, « un peu d’amour et du bon vin suffisent à rendre un homme heureux », on ne peut qu’adhérer.

calamar maquereau petit verdot

Calamars et maquereau grillés pour commencer, servis froids tous les deux, c’est bizarre, je ne m’y attends pas en commençant à les déguster. Et puis, c’est agréable. Une résistance parfaite des morceaux de calamars quadrillés (ce qui évite que cela se rétracte à la cuisson et ce qui est joli aussi), un fondant des chairs de maquereau, des feuilles de moutarde, un trèfle, des morceaux de betterave cuite et encore un peu croquante. Il y a également un beau filet d’huile d’olive et un jus d’un jaune encore plus soutenu derrière aux accents de fruit de la passion (on n’a pas réussi à déterminer exactement, mais on y a mis pain et doigt pour tout saucer jusqu’à la fin).

joue de boeuf petit verdot

Joue de bœuf extrêmement fondante dans sa sauce au vin rouge plus serrée et savoureuse, je ne connais pas. C’est tellement goûteux et en même temps fluide (sans trop d’épaisseur je veux dire) qu’elle se finit à la cuillère. Le tout est ponctué de grenaille, courgette grillée, chou fleur jaune, brocoli, carotte, tous différemment fermes, croquants et fondants. Il y a même deux cuillères de purée qui se cachent sous cette sauce incroyable, ce que je trouve très élégant et qui me rappelle cette tradition ô combien plaisante de purée que l’on arrose de sauce (si bien qu’à la fin, on ne sait plus s’il y a plus de sauce ou de purée).

sabayon kirsch petit verdot

Glace à la vanille délicieuse à droite et à gauche, un sabayon au kirsch qui me donne l’émotion d’une première fois. Dans cette mousse d’un soyeux délicieux, le parfum de kirsch (je ne sais comment ou si c’est l’origine du kirsch) est distillé avec une grâce infinie. Ça n’a l’air de rien comme ça, surtout avec ces paillettes de chocolat que j’aurais pu redouter ailleurs, en fait c’est divin, le parfum de kirsch est profond et délicieux, je n’en reviens pas.

Au déjeuner : menu à 29 € donc et menu à 35 € (avec un choix d’entrées, de plats et de desserts). Le soir, pour tout vous dire, je ne sais pas… Rien n’est indiqué sur le site ni sur la devanture et je n’ai pas demandé. Sur le blog de mon confrère Gilles Pudlowski, il est indiqué qu’à la carte le soir, il faut compter entre 70 et 90 €…

Le Petit Verdot, 75 rue du Cherche Midi, 75006 Paris, 01 42 22 38 27, métro Sèvres-Babylone, Vaneau, Saint-Placide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT