Les Grandes Tables du 104

4 Mar 2011 • 750192 commentaires

A l’occasion du Festival du Livre Culinaire qui se tient du 3 au 6 mars au 104, un petit tour au restaurant de « ce lieu culturel de la vie parisienne ». Entre le chef Fabrice Biasolo (Une Auberge en Gascogne à Astaffort) à l’élaboration de la carte, les soirées thématiques d’Omnivore, je m’y perds un peu, mais je crois que la carte observée hier midi doit être celle revue par Biasolo, risotto, joues de boeuf, merlu, tiramisu, crémeux citron, 3 entrées, 3 plats et 3 desserts au choix, avec des prix très gentils. Gigantisme de l’endroit, hauteur de plafond vertigineuse, ce genre d’espaces où l’on peut prendre place pour déjeuner ne court pas les rues dans Paris. Moi, ça me fait toujours un drôle d’effet d’avoir autant de perspective et de hauteur au dessus de ma tête à Paris, non ? Les petites tables près des murs vitrés sont très agréables, le rayon de soleil au déjeuner hier était délicieux. Décor aux airs industrieux, matériaux bruts, mais pas froid pour autant (le soleil aide à 12h aussi). Grandes tables à partager, tables pour deux et service souriant, gentil et qui fait de son mieux, même si on les sent débordés par l’événement qui attire la foule à l’heure du déjeuner.

421-104En plat direct, filet de merlu pas mal, mais pas forcément cuit au mieux, il est un peu trop mouillé (imbibé d’eau) et mou. Pour l’accompagner, sauce au poivron bien relevée avec sa légère note acidulée et une sorte de gros nem gourmand, garni de légumes coupés en petits morceaux, champignon, carotte, chou revenus au beurre. Dans l’ensemble, le plat tient à peu près la route.

421-104-2

Crémeux au chocolat surmonté de ce qu’on avait vu passer plus tôt appelé « crumble de brioche » et qui avait motivé notre choix. Mince alors, il manque un truc, on a comme l’impression qu’on a secoué la nappe du petit-déjeuner au dessus de notre crème au chocolat (dense et bio chocolatée soit dit en passant). On fait la remarque à la serveuse, qui fait une drôle de tête, part avec et revient avec un peu plus de miettes sur le dessus (là c’est clair, ils n’en ont plus). Bon, on met ça sur le compte de l’affluence très significative en ce premier jour de festival et de ratios de brioche pas forcément bien estimés.

Formule à 14 € (entrée-plat ou plat-dessert) et 17 € (entrée-plat-dessert). Soyons honnête, le plat nourrissait sa femme, le crémeux au chocolat, on lui a fait sa fête, le service était vraiment gentil et la terrasse est agréable aux beaux jours je crois…

Le 104, 5 rue Curial ou 104 rue d’Aubervilliers, 75019 Paris, 01 40 37 10 07, métro Riquet (et non criquet comme prononcé votre chroniqueuse préférée un poil dyslexique quand elle a abusé des bonnes choses la veille, Dans les Landes, affaire à suivre lundi)

2 réponses à Les Grandes Tables du 104

  1. Chantal dit :

    Exact, un des rares endroits à Paris où on se sent aussi bien qu’à Berlin…
    Pour ma part, c’est justement ce WE que je vais éviter d’y aller : trop de monde, trop parisien ;-D
    Le reste du temps c’est top!

  2. Chantal, je peux comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT