L’Hédoniste

28 Avr 2011 • 7500210 commentaires

Hmm pourquoi pas. J’étais quasiment la première au service du déjeuner hier quand je suis arrivée, mais le chef de salle qui engueule la serveuse sans trop de discrétion et le chef de cuisine en salle la clope au bec (pas allumée) à 12h45, ça fait toujours un peu négligé pour commencer. Bref, dans cette mignonne rue Léopold Bellan, les terrasses plus haut dans la rue sont noires de monde (avec pourtant de fausses frites dans l’assiette, des burgers tout ce qu’il y a de plus communs, des salades César moches), la terrasse de L’Hédoniste sera occupée en tout et pour tout par une table de deux, pourquoi ? Les prix pardi ! 28,50 € la formule déjeuner (entrée-plat ou plat-dessert, 35 € les 3), certes gourmande et raffinée (vous verrez), mais à midi, ça peut refroidir. Sinon, formule à 19 € avec le plat du jour (bavette d’aloyau) et une verrine (?). Le décor de bistrot à l’ancienne est sympa, mais ne fera pas forcément le bonheur des déjeuners d’affaire qui eux peuvent pousser jusqu’à 40 € à cette heure, car on reste dans le genre bistrot un poil « rustique » au niveau de l’ambiance. Du coup, pas grand monde et un truc qui manque à l’ensemble.

438-hedonisteAsperges vertes vraiment al dente, raviole au chèvre très raffinée, crème au citron confit, vraiment bon, je n’en laisse pas une goutte dans l’assiette.

438-hedoniste2

Cochon laqué, sauce sésame noir et croustillant de pommes de terre que ma mère appellerait « paillasson » (oh que j’étais en joie quand elle en concoctait). Cochon bien saisi, entre le côté laqué et confituré et la sauce sésame noir à côté, le classicisme du croustillant de pommes de terre, disons que le plat s’emmêle un peu les pinceaux dans les goûts et les inspirations, mais le résultat est bon.

Un bon café avec deux mini cookies, une demi eau plate, 34 € à la fin (en même temps, on est à 40 € le midi chez Vivant, bistrot aussi). Un peu le même sentiment côté prix qu’en sortant des Bistronomes disons, avec plus de rusticité ici dans le décor et l’accueil.

L’Hédoniste, 14 rue Léopold Bellan, 75002 Paris, 01 40 26 87 33, métro Sentier

« Vivant

10 réponses à L’Hédoniste

  1. Pas l’air terrible ce bistrot. Pourquoi en parler ???

  2. BalthazarB dit :

    Ça roupille, en ce moment…

  3. – lacuisinequejaime.net Et bien je parle de tout ici ! Enfin pas tout à fait, le repas qui m’a fait hérisser le poil, non. Celui qui me laisse un peu sur ma faim, cela m’arrive d’en parler, car j’ai envie d’en faire part et je suis curieuse d’échanger avec ceux qui y sont allés. Et cela permet aussi de mettre en perspective ceux qui m’ont vraiment plu, c’est bien un peu de contrastes, non ?
    – BalthazarB, où ça ?

  4. mixlamalice dit :

    Même réflexion chez moi: probablement bien le soir, mais une quarantaine d’euros à la carte le midi et un repas qui dure 1h30, ça me semble un mauvais choix commercial*… même si c’est très bon en même dans un quartier où la concurrence fait surtout dans l’industriel un peu dégueu.
    *Un CSP n’ira probablement pas là pour un repas d’affaire et préférera quelque chose de « plus rodé », et un blaireau comme moi qui lui a de temps en temps le temps de passer 2h au resto le midi n’a par contre pas les moyens/l’envie d’y mettre le même prix que le soir.

  5. Archie dit :

    Le menu-carte au déjeuner est proposé au même prix midi et soir dans de nombreux bistrots ! Tant qu’on y retrouve les mêmes plats, personnellement je n’y vois rien de choquant si la qualité des ingrédients et de l’assiette le justifie (chez Jadis par exemple ces mêmes 34 euros sont totalement indolores).
    Reste que que si la cuisine de l’Hédoniste était plus régulière, plus incontestable, cela passerait beaucoup mieux. J’y ai attendu un plat 25 minutes, il est arrivé beaucoup trop salé (salé deux fois j’imagine). Dommage car il y a dans cette cuisine un vrai potentiel, gâché par une certaine nonchalance (style cigarette au bec) qui, dans la jungle des bons gastroquets parisiens, ne pardonne pas.
    Laissons tout de même sa chance à cette cuisine parfois ébouriffante, si l’adresse trouve sa vitesse de croisière elle peut faire des étincelles.

  6. BalthazarB dit :

    @ cm : dans l’assiette parisienne…

  7. – Mixlamalice, assez bien résumé ^_^
    – Archie, suis bien d’accord, y a un sacré potentiel dans la cuisine, disons qu’il a tout le temps de se rôder, mais vous le dites bien, il est tout de même dans cette jungle de bons gastroquets parisiens et y a de la concurrence (quoique dans le quartier, bof).

  8. Sébastien Dubrulle a un réel talent, c’est indéniable, qui a vu le premier soir de ma visite reprendre deux fois le même plat…une première autant pour le chef que pour moi, une cuisine qui parle, qui vit, qui a une âme…Ce merlu, petits pois, asperges vertes, chorizo était une vraie réussite, depuis une très belle lotte packchoy, pommes grany et en dessert un très beau pain perdu aux amandes et cerises. Carte très courte et c’est tant mieux avce des plats qui évoluent toutes les semaines…
    L’accueil de Moulud et d’Arthur en salle, un vrai régal.
    Je rappelle que dans le IIème, pour bien manger, il faut aller jusqu’au Pur Grill du Park Hyatt, Drouant, Passage 53 et après, pas grand chose à part peut être Saturne, quand ils auront décidé d’être aimables ou nos amis du Frenchie quand ils auront décidé de délivrer des tables…
    Bref,une belle aubaine enfin pour le quartier de Montorgueil…jusqu’à là au fin fond de la médiocrité gastronomique

  9. Sans oublier une belle carte de vins d’auteurs pour les amateurs, ce qui ne gâche rien, avouons le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT