Loiseau des Vignes

22 Déc 2009 • Bourgogne4 commentaires

Reportage en Bourgogne, à Beaune et passage par Loiseau des Vignes,
vous savez ce restaurant ouvert par Dominique Loiseau en 2007 avec l'un
des plus grands systèmes Enomatic de sa génération, qui propose pas moins de 70 vins rares au verre (dont 50 Bourgogne). Le lieu sait bien harmoniser l'âme bourguignonne qui règne ici et une esthétique contemporaine sans l'ombre d'une nostalgie. Murs en pierres apparentes, grosses poutres rehaussées de ton chocolat, dorures autour des miroirs, chaises aux airs anoblis et à la fois modernisés et cette immense distributeur de breuvages, arrivé tout droit du futur et se fondant terriblement bien dans le décor avec sa note rouge grenat. Côté cuisine (du nouveau chef Christophe Quéant), âmes sensibles s'abstenir, on est dans la cuisine du gras (oui je sais, l'un des mots les plus cités dans le guide Mignot m'a-t-on fait remarquer), du brillant qui reste sur les lèvres et qu'on laisserait bien quelques heures de plus, le temps d'affronter le froid qui règne en sortant d'ici. Bref, des plats qui vont défiler dans le goût et la sensation de soyeux. Il faut dire que les ingrédients se prêtent délicieusement à ce qui nous attend bientôt. En quelques mots seulement, histoire de juste vous appâter…

Saint-Jacques

Noix de Saint-Jacques en coquille et son beurre acidulé mousseux. Quelques extraits de légumes pour  verdir le tout, miam.

Foie gras 

Foie gras poêlé auréolé d'un velouté de châtaignes rafraîchi à la cardamome, ce qui lui va comme un gant !

Pigeon

Le pigeon de Monsieur Michon, qu'est-ce qu'il est beau celui-là ! En cuisse gentille et en version suprême garni d'un tout petit peu de foie gras, histoire d'attendrir un peu plus les chairs, odieusement goûteuses je peux vous le dire. En premier plan, c'est une laitue braisée et son jus d'ail doux, plus loin derrière, ce sont les quenelles de purée façon Robuchon (pur beurre et pur tour de main à s'en flinguer le poignet).

Chocolat cassis

Vous finirez bien par une touche de cassis (on est en Bourgogne sacrebleu !), un dessert composé de chocolat, gelée de cassis bien acidulée et d'un trait de nectar réduit à vous faire pousser des grimaces d'acidité et d'astringence, terriblement jouissif !

Côté prix, menus déjeuner à 20 €, 23 € et 28 €, menus découverte à 59 € et 75 €, à la carte, comptez 60 € et plus

Loiseau des Vignes, 31 rue Maufoux, 21200 Beaune, 03 80 24 12 06

« Tanpopo

4 réponses à Loiseau des Vignes

  1. Hector dit :

    Je dois avouer ne pas partager du tout l’avis élogieux de cet article. J’ai diné dans ce restaurant voici trois mois en compagnie de deux amis. Opinion unanime : déception totale. Voici ci dessous le copié-collé du compte rendu que j’avais laissé sur un forum de guide.
    Diner vendredi 18 septembre. Trois couverts. Grosse déception.
    Dans l’ordre :
    Service indigne de ce genre d’établissement. Un exemple : à plusieurs reprises, les verres de vin commandés sont déposés sans précaution sur la table.
    Le vin blanc de l’apéritif est presque tiède et certainement pas à la bonne température.
    Mais parlons cuisine : Loiseau des Vignes affiche des prix voraces, hélas, le résultat n’est pas à la hauteur.
    Entrée : cuisses de grenouille panées, sauce persil. Correct. Sans plus. Pas beaucoup de goût.
    Turbot, girolles, jambon cru. Un peu trop cuit mais surtout, un jambon cru sans goût, des girolles rares et bof bof… Au total, un plat sans saveur, inodore, incolore… On fait mieux à la maison. Et pourtant, ça vaut presque 40 euros le plat !
    Fromages : peu de choix, qualité moyenne.
    Dessert : rose des sables, chocolat… Bonne texture de la rose, mais glace chocolat beaucoup trop sucée.
    Les deux autres convives partagent cette déception. L’un d’entre eux qui a pris le « fameux » ( ?) paté en croute à la façon de Dumaine trouve que c’est « du bon pâté… », sans plus…
    Bref, un restaurant à oublier d’urgence. Il est malheureux que derrière un « nom » s’abrite bien souvent des troisièmes ou quatrième couteaux sans talent.
    En d’autres termes, si vous êtes à Beaune, tentez l’Ecusson ou le Jardin des remparts. C’est sans commune mesure… beaucoup mieux ! Et on a pas l’impression de se faire avoir…

  2. Pascal Henry dit :

    N’oubliez pas Le Bénaton,toujours à Beaune

  3. Hector, il semble que vous soyez remonté, j’en suis désolée.
    Mon expérience est différente et le talent du chef pour moi ne fait aucun doute.

  4. Hector dit :

    Suite à ce commentaire, j’ai reçu une invitation de la direction à tester de nouveau leur table.
    J’ai refusé, par principe.
    Je tenais, cependant, à signaler cette invitation.
    A l’intention de Caroline Mignot : je n’étais nullement remonté. Les faits sont les faits et une addition s’oublie vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT