L’Orient d’Or

8 Oct 2013 • 750094 commentaires

J’ai enfin franchi la porte de L’Orient d’Or, restaurant chinois de la rue de Trévise dont la façade n’est pas des plus alléchantes, mais dont la réputation ébruitée par le voisinage était si bonne qu’il me fallait un jour y goûter. Quand je dis que la façade n’est pas alléchante, c’est que de l’extérieur, toutes les vitres sont fumées, voire noircies. Rien d’engageant, mais une fois qu’on est à l’intérieur, les éclairages artificiels, le confort des tables assez espacées, les aquariums et les dorures très maîtrisées ont vite fait de nous plonger dans une ambiance attachante, en résumé, on y est bien. Le service est aimable, des plus rapides (faut pas traîner non plus) et la carte semble suivre la voie de sa région de prédilection réputée pour sa cuisine très pimentée, le Hunan. Les pages défilent, le nombre de petits piments rouges indiquant la force varie, les menus commencent aux alentours de 15 € et soudain, il y a ce plat auquel je dois succomber (et qui se distingue par l’absence de petit piment dessiné)…

crêpe de canard

Ces fines galettes de canard sont à entourer de petites crêpes attendant patiemment au chaud dans leur panier en bambou avec à l’envi des bâtonnets de ciboule ou poireau. Le tout assaisonné d’une sauce bull-dog sucrée-salée. Je passe sur les éléments de décor sculptés.

crêpe en détails

Voici donc la crêpe transparente comme de la peau garnie de galettes de canard (une sorte de pâte salée avec quelques grains de sésame et très croustillante entoure une fine couche de viande de canard). Perso, j’ai la main légère sur la ciboule. Le tout en bouche me rappelle le second service du canard laqué, quand on roule la peau de canard dans le même type de crêpes fines et que le gras coule en bouche et entre les doigts. C’est ici beaucoup moins gras, mais cela comporte des couches de pâtes tout aussi régressives.

riz sauté aux choux

J’avais envie de riz sauté pour accompagner mes galettes/crêpes. Voici donc le riz sauté aux choux (il y en avait plusieurs au choix). Collant et sec ce qu’il faut et assaisonné de petits morceaux de choux saumurés. Pas mal du tout.

Avez une Tsingtao, mon déjeuner avoisine les 20 €. C’est le prix qu’il vous faudra compter pour un déjeuner hors-formule, sinon les formules sont à partir de 15 € comme dit plus haut. Fermé le lundi.

L’Orient d’Or, 22 rue de Trévise, 75009 Paris, 01 48 00 07 73, métro Grands-Boulevards, Cadet


Agrandir le plan

« Shoku-E

4 réponses à L’Orient d’Or

  1. Le Grumeau dit :

    Pas si facile de trouver un bon riz sauté à Paris, celui là est bien alléchant. Merci pour l’adresse !

    xx Le Grumeau

  2. La fleur de légume me font penser à chez Vong,le soin qui lui est apporté est un indicateur sur la qualité du travail du cuisinier.

  3. Sarah dit :

    J’habite en face ou presque de ce restaurant qui fut notre premier bistrot il y a 10 ans, le jour où nous visitions l’appartement dans lequel nous vivons aujourd’hui. L’orient d’or ne nous avait pas laissé un souvenir mémorable. Pas mal mais pas de quoi avoir envie d’y retourner. Il faut dire que le quartier n’est pas avare en choix.
    Après la lecture de votre article et avec le froid cinglant de dimanche nous y sommes retournés déjeuner, et ressortons prêts à en faire notre nouvelle cantine… réveil des souvenirs ou force de vos recommandations que je suis les yeux fermés ? qui sait ! En tous cas merci pour le petit voyage dans le temps 😉

  4. Délices à Paris, je n’avais vu ça sous cet angle-là, merci !
    Sarah, merci pour ce récit bien vivant et plein de souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT