L’Osmanthe

10 Fév 2016 • 75012, PâtisserieAucun commentaire

Après Les Jardins de Mandchourie, j’ai fait des repérages dans le quartier et je suis allée notamment à L’Osmanthe qui me tentait depuis belle lurette. Cette pâtisserie a une histoire loin d’être anodine et reflète ce qui me plait dans notre époque. C’est l’histoire de Fang Ji, une jeune femme d’origine chinoise qui travaillait dans la comptabilité jusqu’au jour où elle a eu envie de faire de la pâtisserie. Pour cela, elle a passé son diplôme à la prestigieuse école Le Cordon Bleu à Paris, avant d’ouvrir en 2012 (il me semble) L’Osmanthe (du nom d’un arbuste dont on utilise les fleurs en Chine pour parfumer le thé), une jolie et lumineuse boutique qui offre aussi la possibilité de déguster sur place. Et puis il y a celle que je suppose être la maman que l’on aperçoit traverser le laboratoire juste derrière et puis il y a Fang Ji la pâtissière qui vend elle-même les gâteaux et nous explique les typicités de chacun. Millefeuille de crêpes (garni de crème parfumée au jasmin et saupoudré de thé vert), cheesecake, opéra, entremets élégants au litchi, à la mangue, au thé vert (matcha) ou au sésame noir, les influences sont multiples, le design toujours extrêmement soigné et les prix raisonnables.

pâtisserie mangue l'osmanthe paris

Voici l’entremets dégusté sur place. Crème mousseline à la mangue, morceaux de mangue fraîche, biscuit dacquoise à l’amande tendre, tout se déguste avec plaisir sous un glaçage à la mangue un peu plus résistant, c’est délicieux. Et ce qui est intéressant ici, c’est que les textures se rapprochant peut-être plus des pâtisseries chinoises privilégiant le moelleux prennent des allures très françaises. Ce que je veux dire, c’est que les origines et la formation de Fang Ji se mêlent et donnent à découvrir des pâtisseries qui sont différentes, délicates et goûteuses.

cheesecake l'osmanthe paris

Celui que j’ai pris à emporter… Le cheesecake, avec son fond croustillant, ses deux crèmes denses dont l’une est légèrement parfumée à la mandarine (c’est discret) et son glaçage au chocolat blanc et à l’orange. Le biscuit sablé du fond est bien beurré et les crèmes sont douces et à la fois un peu acidulées. Bref, un beau spécimen du genre à 3,80 €.

Je vous conseille également de regarder le site pour avoir un aperçu des autres pâtisseries… Et sinon, sachez qu’il y a aussi une baguette de pain et des pains au chocolat et des croissants appétissants. Les prix ? Raisonnables je vous disais, entre 3,50 € et 5,50 € les pâtisseries. Fermeture jeudi et vendredi.

L’Osmanthe, 8 rue Tourneux, 75012 Paris, 06 70 02 44 83, métro Daumesnil, Michel Bizot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT