Ma Cocotte à Saint-Ouen

30 Oct 2012 • Ile-de-France6 commentaires

C’était annoncé depuis des mois dans les magazines déco, design, tendance and co, Ma Cocotte a ouvert ses portes au coeur des puces de Saint-Ouen pour le plus grand plaisir de ses occupants visiblement (un lundi midi de vacances de Toussaint, y avait foule). Le décor est signé Philippe Starck et cela reste l’attrait principal. Un esprit entre Mama Shelter (ma note date d’il y a 4 ans) et Royal Monceau (les deux signés Starck), sans le noir du premier et le luxe joliment clinquant du deuxième, mais un sacré joli mixe de tons miel, d’inox, de carrelages rétros, de canapés pour quelques élus, voyez les photos publiées un peu partout. La table haute est évidemment requise (quel restaurant n’ouvre pas avec sa table d’hôte aujourd’hui ?), placée juste devant la cuisine grande ouverte avec sa belle rôtisserie. Bref, un mixe de tout ce qui marche aujourd’hui, de bons goûts en matière de décor et d’ambiance. Le service ? Là on est loin du grand professionnalisme. Les jeunes gens ont des mines sympathiques, sans doute contents d’être là, mais n’y connaissent pas grand chose en terme de service et ont déjà un ou deux automatismes (le « ça a été ? » qui n’attend pas une réponse autre que « oui, oui » et pas d’au revoir du tout). A la carte, c’est 35-40 €, j’opte pour la formule à 24 (entrée-plat ou plat-dessert, boisson et café).


531-CocotteSalade de lentilles Atlas pour commencer. Des lentilles du Maroc m’interrogeai-je ? Non des lentilles agrémentées d’épices, cumin, curcuma et j’en passe. Les lentilles assument leur côté très épicé et ça leur va bien. L’amie qui m’accompagne me dit qu’elle pense qu’on est plus près de l’Inde que de l’Atlas. En tout cas, avec leur pointe de yaourt et d’herbes, on les déguste jusqu’à la fin (ce qui au vu des proportions n’est pas dur non plus). Mais pourquoi des feuilles de salade sur des lentilles ? Mais si, ça donne du relief (ça permet de limiter la dose de lentilles, j’avais compris).

531-Cocotte2

Oh encore la salade qui donne du relief ! Quand une envie de frites et de viande me prend, le tartare y répond à peu près. Mais comme souvent, la viande hachée a un côté écrasé, presque pilé, qui montre des fibres quand on sort la fourchette du tartare agloméré. Evidemment, pas grand chose à voir avec un tartare au couteau (le nombre de clients à servir ne le permet pas non plus) et je crois qu’en fait, on ne m’y reprendra plus à ne pas me renseigner avant sur la façon dont il a été cuisiné. De plus, si vous avez envie de ketchup, de sauce ou de câpres en surplus, vous l’avez dans le baba (je n’ai pas demandé non plus, me direz-vous). Bref, les frites, elles sont belles avec leur teinte caramel. En bouche, bien croustillantes autour, bien frites, mais avec un goût à l’intérieur de purée d’intérieur de pommes noisette. Pas le goût de pomme de terre que j’aime dans la frite. J’ai tout fini hein, j’avais faim et ce n’était pas mauvais, qu’on ne se méprenne pas. Mais ce n’était pas exactement bon non plus. *bio ici la viande de boeuf pour le tartare.

531-Cocotte3

Mousse au chocolat de mon amie (qui avait choisi le poulet rôti et la mousse au chocolat à la carte pour 24,50 €). Oh c’est joli servi dans son bocal Le Parfait, non ? Moi je m’en fous, je veux qu’elle soit bonne ma mousse. Et donc ? Pas sucrée ou si peu, une texture agréable, mais rien de gourmand.

Bilan, je ne laisse pas passer grand chose, mais les prix m’y forcent. Une cuisine pas incarnée, consensuelle et pas si loin de ses cousinades costiennes et de leurs prix qu’on croirait « accessibles ». On est à Saint-Ouen, certes au milieu des brocanteurs et des touristes, mais tout de même, on veut rester sélect. Le lieu est chouette et attirera du monde quoi que j’en dise. Mais pour ceux qui viendraient ici à l’issue de leur repas et se poseraient quelques questions, je peux y répondre simplement : un lieu enthousiasmant et bien pensé, vraiment, qui va faire son beurre avec des goûts qui plaisent à tous en apparence, mais sans fond.

Ma Cocotte, 106 rue des Rosiers, 93400 Saint-Ouen, 01 49 51 70 00, métro Porte de Clignancourt

6 réponses à Ma Cocotte à Saint-Ouen

  1. Camille dit :

    J’y suis allée samedi et j’ai exactement le même ressenti que toi : c’est pas mauvais mais très lisse et pas vraiment de caractère (nous on avait pris croque, hachis, tatin et yaourt glacé)

  2. christine dit :

    ça ne me tente pas plus que ça :_) que recommanderai tu dans le coin? merci

  3. – Camille, oui, c’est ça. Après, il y en a qui aime, attendons de voir si les commentaires le disent ou non 😉
    – Christine, j’avoue, cela fait bien longtemps que je n’ai pas parcouru les allées de Saint-Ouen. Il y a longtemps, j’avais fait un sujet pour le Elle à Paris et avait testé pas mal de choses dans le coin, mais cela n’est sans doute plus à jour, je ne pourrai donc vous aider.

  4. Amandine dit :

    ça m’a l’aire pas mal tout ça 🙂
    Je tenterai bien.

  5. Maximilien dit :

    Suis d’accord avec Caroline
    Décor: très sympa
    Cuisine: correcte mais quelconque
    Service: approximatif
    en résumé, on ne se déplace pas jusque là bas juste pour le restaurant, mais ça fait bien l’affaire d’un dimanche aux puces.
    NB: ne pas prendre de table près de la porte en hiver: courant d’air garanti !!!

  6. Maximilien, oui, on a aussi eu droit à la table près de la porte, c’était pas terrible. Entre les gens qui attendent à 20 cm de vous et les courants d’air (la porte met 2 min à se fermer, ça paraît très long), j’aime pas du tout !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT