Sanukiya

9 Juil 2012 • 750016 commentaires

Entre Opéra et Louvre, c’est une adresse qui a quelques mois et peut-être des accointances avec Zen (où l’on trouve la carte de visite de Sanukiya. Zen fut longtemps l’une de mes cantines préférées, jusqu’à ce jour terrible où je fus très mal reçue par une vieille tenancière qui y est souvent hélas, bref, j’y retourne rarement et souvent à reculons, redoutant de croiser ses yeux furieux). La première fois que je suis passée devant Sanukiya, j’ai pensé à une adresse japonaise dans son énergie « déjeuner en 2 temps, 3 mouvements », son personnel qui bouge dans tous les sens, ses sièges hauts face au mur, à la baie vitrée ou au comptoir (excepté en terrasse où vous êtes assis à une table) et sa cuisine en monomanie, en l’occurrence, les udon. Samedi midi en terrasse, la grande bâche orange pouvait nous protéger de la pluie, mais ne nous privait pas des nombreux clients venus attendre le tour devant (ce qui m’angoisse toujours un peu, ces têtes qui matent vos assiettes et la venue de leur tour). On finit quand même par les oublier, et si vous êtes à leur place, je précise qu’on attend moins que chez Kunitoraya (autre repaire d’udon). Bref, l’endroit est prisé des Japonais et des bobos du quartier.


515-SanukiyaPoitrine de porc confite (l’un de mes pêchés mignons), servie dans un peu de bouillon bien goûteux, un oeuf dur cuit dans le bouillon et de la moutarde type de Dijon (à gauche, ça me surprend un peu de voir de la moutarde française, mais ça sent la petite adaptation à la française). La poitrine est très fondante, le gras se détache, la viande aussi, c’est délicieux.

515-Sanukiya2

Les udon choisis sont froids et accompagnés de galettes de légumes et de crevettes. On arrose tout ça d’une sauce claire (entre bouillon et sauce soja). Les galettes sont des conglomérats de légumes râpés et de petites crevettes, le tout passé à la friture. Les udons sont larges et fermes, j’avoue qu’après la poitrine, je ne viendrai pas à bout du plat.

Les prix, poitrine de porc à 8 €, udon à 14 €, thé vert froid à 3 €, après il y a toutes sortes de prix. Enfin, vous vous en sortez entre 15 et 20 €.

Sanukiya, 9 rue d’Argenteuil, 75001 Paris, 01 42 60 52 61, métro Pyramides

6 réponses à Sanukiya

  1. Jp dit :

    Merci pour cet article !
    Nous étions curieux après avoir vu la carte de visite de Sanukiya sur le comptoir du Zen samedi dernier. La présence du même store orange laisse en effet penser à une filiation entre les deux.
    Le niveau du Zen a en effet baissé : pas de pickles servi avec le plat de riz, pas de cuillère proposée pour la soupe miso, la sauce du yakiniku don modifiée et plus fade, des morceaux de boeuf trop gras.
    Néanmoins nous tenterons notre chance à cette nouvelle adresse !

  2. fleur2lotus dit :

    Pour info,
    Sanukiya a été créé par un ancien de Kunitoraya.
    Merci pour votre blog.

  3. – Jp, c’est drôle en effet, on a vécu la même situation il y a quelques semaines… Samedi midi chez Zen et carte de visite en sortant ! Vous n’êtes pas le premier à dire que Zen a baissé, du côté de l’accueil, ça n’aide pas c’est sûr (enfin surtout cette vieille tenancière que je ferais bien disparaître)
    – fleur2lotus, merci de l’info !

  4. Ariane dit :

    Bonjour Caroline, merci pour ce billet, j’en ai entendu parler depuis quelque temps et je compte essayer la prochaine fois qu’une envie de udon me prend… Car Kunitoraya 1 est toujours blindé de monde et Kunitoraya 2 certes bon mais un peu snob à mon goût (et le thé y est hors de prix !). A suivre !

  5. Hello Ariane, je t’en prie ! Et Kunitoraya 2, tu sais que je n’ai toujours pas digéré la façon hyper méprisante avec laquelle ils nous avaient accueillis alors que nous demandions une table pour 2 avec une poussette (très gentiment). Je comprenais que cela puisse les déranger, mais regarder ainsi les gens et leur fermer ainsi la porte sur le dos, je n’avais jamais vu !

  6. Ariane dit :

    C’est étrange, le service n’y a rien de sympathique en effet alors que les Japonais sont connus d’habitude (à juste titre) pour leur gentillesse et leur sens du service : cela doit se perdre parfois…
    Zen, j’y suis allée 2-3 fois, certes ce n’est pas très cher, mais je ne suis pas emballée. Sinon, pour un bon rapport qualité-prix japonais, il y a la « table d’hotes » chez Isse Workshop à 10 euros ou « Chez Miki » (cuisine familiale copieuse) autour de 15 euros je crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT