Semilla

26 Juin 2013 • 750062 commentaires

Au moment de l’ouverture de Semilla, des vidéos ou des articles postés ça et là m’avaient déjà mis l’eau à la bouche. La rencontre du chef Eric Trochon (MOF cuisinier et auteur de la partie cuisine dans le magazine 180°C) alors que nous étions assis côte à côte en tant que jurés lors du dernier concours Kikkoman à l’école Ferrandi avait fini de me convaincre. J’avais aimé sa vision de la restauration, son besoin de diversité, de bouger à travers le monde (l’Asie beaucoup) et de se fondre dans l’envie de ses clients. Une amie me propose d’y aller hier midi, ça y était, le moment de franchir le seuil du 54 rue de Seine. Du blanc, du gris, de gros tuyaux traversant, du marbre, l’ambiance a quelque chose de minéral, aussitôt réchauffée par le bois de quelques meubles et l’éclairage bien pensé. La cuisine largement ouverte sur la salle met dans l’ambiance et sait à la fois se faire discrète (il y a quand même un ou deux cuisiniers délicieux à regarder). La formule le midi en semaine est unique, 23 € l’entrée et le plat (au choix celui-là) et eau filtrée à profusion.

593-SemillaL’entrée qui semble toujours fonctionner ainsi (en trois parties) se compose d’un sablé sésame et romarin, d’une quenelle de tarama de saumon et d’un bouillon artichaut. A l’oeil, je trouve l’ensemble un peu décousu, tous disposés ainsi dans l’assiette, on se demande comment ces trois petites entrées correspondent. En bouche, le sablé est un must du genre, un peu de sucre en début de bouche assez vite secondé par le sel, les parfums et la texture extrêmement sablée (ce que j’adore). Il y a sans doute pas mal de beurre et un peu de fromage aussi. Avec quelques fines feuilles d’artichaut qui donne un peu de mâche, le bouillon est extra, je sens une pointe d’astringence qui me donne envie d’une gorgée d’un blanc un peu gras du rhône. Le tarama me convainc moins, j’attendais (pensant peut-être top à des rillettes) un peu de mâche, alors qu’il s’agit d’une crème montée assez lisse, mais bien parfumée.

593-Semilla2

Là, il a sacrément fière allure le turbot (et le plat est généreux) ! Le genre de physique qui, dès qu’il arrive, vous donne envie d’y aller. Du turbot à la chair fondante et rosée à l’arête, quelques amandes effilées dorées, une sauce aux accents de beurre noisette assez terribles et des courgettes d’une belle verdeur et d’un croquant délicieux (on sent la saison qui bat son plein).

593-Semilla3

En dessert (10 € et hors formule), nage de fraises et glace ou sorbet petit pois (je dirais sorbet, car je ne sens pas vraiment la crème ou le lait). Les fraises sont très parfumées, prises dans une sorte de sirop acidulé délicieux et quelques filaments de feuilles de menthe. Le sorbet (ou glace) a un doux parfum de petit pois, presque pas de sucre ajouté, ça donne quelque chose d’insolite.

Le service était charmant et très attentionné, le pain délicieux (il a d’ailleurs beaucoup parfumé la table à son arrivée). Pour une formule déjeuner à 23 € où l’on saute à pieds joints dans la saison, je dis OUI ! Semilla est ouvert du lundi au dimanche et en service continu, là encore, bonne idée.

Semilla, 54 rue de Seine, 75006 Paris, 01 43 54 34 50, métro Mabillon ou Odéon

2 réponses à Semilla

  1. Le Grumeau dit :

    Le turbot sauce beurre noisette me fait de l’oeil, il va falloir que j’en parle à mon compère pour qu’on y fasse un tour !

    xx Le Grumeau

  2. […] une évidence, on s’est régalé du début à la fin… La première fois, c’était là en juin de cette année et j’avais déjà été très enthousiaste… Hier midi, la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT