Sophie Calle au Musée de la Chasse

20 Oct 2017 • 75003, ActualitéAucun commentaire

Sophie Calle est une artiste dont je connais l’œuvre depuis mes années d’études en histoire de l’art. A l’époque, j’avais particulièrement été fascinée par la mise en scène de ses relations amoureuses et familiales et la façon dont elle nous intégrait à son art. Depuis quelques jours, le Musée de la Chasse et de la Nature présente Beau doublé, Monsieur le marquis ! Une exposition d’œuvres de Sophie Calle et de son invitée Serena Carone à travers les collections de ce magnifique hôtel particulier du Marais. La première partie est installée dans les salles blanches consacrées aux expositions temporaires. Textes, vidéo et installations d’animaux naturalisés font part des émotions de l’artiste ressenties suite à la perte récente de son père (Bob Calle, 94 ans) et à la disparition de ses idées. On est ensuite amené à visiter les pièces de cet hôtel qui est en soi un enchantement et à guetter le moindre signe des deux artistes dans ces ensembles vertigineux de tableaux de chasse, de cheminées, de mobiliers, d’armes, de photos et d’autres installations contemporaines. Des gestes du quotidien, de l’intime, des souvenirs de famille, des poursuites d’inconnus et des événements qui pourraient sembler banals sont à la lumière de Sophie Calle transcendés. Chaque animal, photo, récit ou tissu qu’elle expose révèle une émotion. On sourit, on est gêné, bousculé, émerveillé… C’est un moment rare et précieux qui s’est terminé par l’apparition de l’artiste qui remontait l’escalier alors que je le descendais pour partir. J’ai eu envie de l’interpeler et puis je n’ai pas osé. Pas grave, c’était un joli clin d’œil pour terminer.

©Thilo Hoffmann / Ce qui se cache sous ce drap est un ours blanc, ce qu’il suscite chez les visiteurs et les travailleurs du Musée est insensé…

Je vous invite à aller découvrir cette exposition qui bouleverse, interpelle, amuse… Les extraits d’annonces publiées depuis le XIXe siècle par des hommes en quête de l’âme sœur sont cocasses. L’histoire les montre au fil des époques attachés à la virginité (« sans tâche ») ou non, aux formes girondes (la « forte poitrine » est espérée bien avant le sketch que l’on connaît), à la validité ou non, jusqu’à Tinder aujourd’hui…

Exposition Beau doublé, Monsieur le marquis ! Du 10 octobre au 11 février 2018, Musée de la Chasse et de la Nature, 62 rue des Archives, 75003 Paris, métro Rambuteau, de 11h à 18h, fermeture lundi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT