Takara

30 Avr 2015 • 750017 commentaires

Takara, 14 rue Molière, Paris 1er, cela faisait plusieurs personnes qui m’en parlaient, dont des chefs et une nutritionniste bien calée en cuisine japonaise. Pour un dîner un samedi soir, il fallait réserver plus tôt que je ne m’y étais prise, je réitère pour le jeudi soir suivant, c’est la bonne. Pour tout vous dire,i l m’a semblé il y a quelques semaines reconnaître le décor de Takara dans le film de Pascal Bonitzer « Cherchez Hortense », où le personnage principal joué par Jean-Pierre Bacri apprend de la bouche de son père (joué par Claude Rich) que celui-ci aime aussi les hommes et accessoirement se tape le serveur (jeune éphèbe japonais). La situation est cocasse et le décor comme le bento à l’heure du déjeuner donnent envie. Ma curiosité pour Takara était encore plus aiguisée. Le décor justement, réunit toute la gamme de lignes, de formes et de couleurs que l’on a envie de voir du Japon. Peut-être un peu plus accentuée que là-bas, mais en plein Paris, ces excès de teintes et de motifs sont agréablement dépaysants. Les tables sont serrées, il y a du monde je confirme (touristes, Parisiens, Japonais) et j’apprécie d’être dans la salle du fond avec les motifs chamarrés. La carte est longue, de hors-d’œuvre, de sashimi et sushi et de formules autour du shabu-shabu, une sorte de fondue (un bouillon qui met du temps à chauffer, c’est ce que j’aperçois chez mes voisins et dans lequel plonge méthodiquement des légumes et de la viande la personne en salle).

tofu takara paris

Les hors-d’œuvre japonais proposés ici font mon bonheur, je n’hésite pas longtemps et commande le tofu frit, bouillon. Il arrive très vite (un peu trop même comme la suite, mais c’est ainsi). Un bouillon aux accents de dashi et d’agrume, des cubes de tofu très tendre pris dans une fine panure de friture, des copeaux de bonite séchée qui virevoltent sous l’effet de la chaleur pendant quelques instants, de la ciboule, bref, c’est un délice.

aubergine miso takara paris

Elle aussi, je n’y résiste pas (je ne suis absolument originale pas dans mes choix, j’en conviens). L’aubergine miso… La chair est douce, tendre, soyeuse et même un peu huileuse, recouverte d’un miso rouge très goûteux et sucré, ça fait mon bonheur comme je vous le disais.

maki takara paris

On n’est pas très aventureux non plus pour le choix de la suite. Des maki donc. Avocat, crevette et avocat, piment et saumon, préparés avec du riz parfumé, du sésame, des œufs de poisson volant au wasabi. La dégustation se passe bien, même si un peu trop rapide comme souvent avec les maki (on en fait à peine deux bouchées, alors forcément).

On fait durer un peu le repas avec la bière japonaise, mais il est vrai qu’on sort de table à peu près 1h ou 1h30 après s’y être installé, c’est le jeu. L’addition ? 50 € par personne environ. Le midi, menus entre 23 et 34 €, le soir, menu entre 49 et 58 €.

Takara, 14 rue Molière, 75001 Paris, 01 42 96 08 38, métro Pyramides

7 réponses à Takara

  1. abépé dit :

    il est vrai que vos choix ne donnent guère envie, ni n’excitent la curiosité suscitée par l’amorce de l’article. Un restaurant japonais proposant tant de choix et pas forcément « classiques », quelle banalité digne d’un frileux « touriste » dans vos préférences…les california rolls …..qui ne sont même pas vraiment japonais …décevant en effet

    • Je ne suis pas sûre qu’il soit utile de prendre ce ton. Il m’est arrivé de goûter d’autres choses au Japon ou ailleurs. Il se trouve que j’adore le tofu frit et l’aubergine au miso et si cela vous ennuie, je vous suggère de passer votre chemin.

  2. mac dit :

    Peut être, mais jamais aubergine n’aura paru si goûteuse. Et donne définitivement envie de découvrir leu maîtrise sur le reste de la carte .

  3. alain dit :

    ca alors ! le « abépé » pose des commentaires un peu partout en ce moment, et toujours pour contester l’auteur.
    Pour créer la polémique en fait.
    il fait penser au sinistre G.P. qui a sévit pendant plusieurs années avant de sombrer et de disparaitre ! Assiste-t-on au retour de Poirot ?

  4. Fangio dit :

    Abépé est un sale type, mais il faut reconnaître que c’est dommage d’aller chez Takara sans prendre un sukiyaki ou un shabu-shabu, les spécialités de la maison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT