The Beef Club

1 Oct 2013 • 750012 commentaires

Le Beef Club, c’est le lieu de la barbaque créé par ceux qui sont déjà à l’origine des bars à cocktail Expérimental Cocktail Club (IIe) et Prescription (VIe) à Paris (qui ont depuis ouvert The Fish Club juste à côté). Pour se remettre en jambes avant la 2ème partie de tournage la semaine prochaine (rendez-vous sur Arte pendant toute la durée des vacances de Noël), je pense qu’on a eu raison de s’y retrouver avec l’équipe. L’objet de convoitise ici, les morceaux de bœuf de l’éleveur anglais Tim Wilson passés entre les mains des hommes du Couteau d’Argent (boucherie d’Yves-Marie Le Bourdonnec). Cela fait beaucoup de noms pour un filet de rumsteck, mais quand on a la chance de visiter les cuisines et les frigos au deuxième sous-sol à la fin du repas (où mature la viande pendant 1 mois), on comprend mieux le sens des mots élevage, découpe et beauté de la viande et l’on se dit que tout cela a une raison d’être. J’arrête mes digressions, le décor du lieu répond aux tendances du moment, carrelage à carreaux 3D, murs finement dorés, éclairage tamisé (j’ai du approcher chaque assiette du spot pour les photos). Les serveurs ont des chemises à carreaux et des jeans seyants, la table d’éphèbes derrière n’est pas désagréable à regarder, les mannequins qui passent entre les tables pour rejoindre le bar à cocktail au sous-sol (oui, cette fois, c’est au premier sous-sol) défilent. C’est un certain style de noctambules et de gens de la mode qui est ici (surtout en période de fashion week), on ne va pas se mentir. Moi ça me déroute toujours un peu, mais avec une bière ambrée excellente et des tranches de jambon de bœuf, je finis par ne plus y prêter attention. Car la suite est aussi savoureuse que le jambon et l’ambiance de fête est bonne à retrouver (je parle pour moi). Tavernier, remets en une !

jambon de boeuf

Le jambon de bœuf, avec son gras translucide, sa saveur maturée, noisetée, on finirait presque par tous s’arracher les dernières tranches des doigts.

palourdes ail et persil

Palourdes champagne, beurre, ail et persil avec une chapelure extra croustillante. On se pourlèche les doigts à la fin, mon voisin va même terminer tout le bouillon/sauce. Moi je résiste.

filet de rumsteck

J’ai honte, la photo du morceau roi du repas est floue (j’aurais dû en faire une deuxième de sécurité, mais le vin a pris la suite de la bière…). Voici donc le filet de rumsteck grillé au four à charbon. De la saveur, du jus, de la mâche parfaite, un très grand moment/morceau. Il y avait des sauces au choix. Je crois que j’ai plus baigné mes frites dedans que la viande. La bonne viande, c’est si bon sans rien.

frites beef club

Bien dorées avec une enveloppe assez résistante, type celles des potatoes à l’américaine, elles sont très bonnes seules, mais aussi avec la sauce béarnaise de la maison et celle au stilton aussi.

En accompagnement, il n’y a pas que des frites, il y a aussi salades, purée de rattes, champignons de Paris rôtis au beurre d’escargot, mac&cheese, gratin de blettes… A l’image du nombre de morceaux de viande et de sauces et dans la pure tradition du steak house, le choix est vertigineux. Les prix s’envolent vite aussi, comptez 10-15 € pour une entrée au minimum, quant aux viandes, elles s’affichent à partir de 25 ou 30 €. Ceci me semble justifié compte-tenu de la qualité et du temps de maturation de la viande (explication en quelques mots : elle est déjà restée à maturer chez l’éleveur et elle reste encore un mois dans les frigos du resto = perte d’eau et de poids, stockage, immobilisation d’espace). Bref, comptez 50 € minimum pour votre dîner.

The Beef Club, 58 rue Jean-Jacques Rousseau, 75001 Paris, 09 54 37 13 65, métro Les Halles


Agrandir le plan

2 réponses à The Beef Club

  1. magali dit :

    c’est vrai, 50 euros par personne c’est une somme très conséquente qu’on ne dépenserait pas tous les jours au restaurant. Mais je pense que si c’est pour un morceau de choix, cuit à la perfection et pour une occasion particulière avec des vrais amateurs de viande, cela vaut le déplacement. Ici, sur la Côte, c’est le prix par personne pour un repas « métro » surgelé décongelé dans un resto du Cours Saleya avec piquette au verre. Donc à bien y réfléchir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT