Youpi et Voilà

2 Mai 2013 • 750103 commentaires

Encore des asperges, j’en mangerais jusqu’à plus soif et quelle ne fut pas ma joie quand j’ai découvert qu’il y en avait non seulement dans l’entrée comme annoncé, mais aussi dans le plat. Me voici donc chez Youpi et Voilà, un coup de coeur depuis le 6 Paul Bert pour ce joyeux bistrot du Xe à quelque pas de la place du Colonel Fabien et du siège du PCF signé Oscar Niemeyer (qui accueille d’ailleurs en ce moment l’exposition Brasilia en hommage à l’architecte). Le décor est tout ce qu’il y a de plus réglo en terme de bistro, une cuisine ouverte avec ses quelques places au comptoir, des murs de briques, du bois costaud, des bouteilles et des ardoises qui les affichent toutes, le décor prend bien, on y est tout de suite à l’aise. J’avais déjà croisé la cuisine de son chef Patrice Gelbart au Verre Volé il y a trois ans, alors qu’il officiait avec Delphine Zampetti (chez elle depuis Chez Aline dans le XIe). Maintenant, Patrice Gelbart est chez lui et sa cuisine semble s’en porter très bien. Au déjeuner, la formule est à petit prix, 20 € pour une entrée et un plat, c’est parti.


583-Youpi-VoilaDe sublimes asperges vertes croquantes, des morceaux de foie gras mi-cuit, quelques points d’huile parfumée aux herbes pilées, des fleurs de ciboulette et du pourpier (dont j’adore la texture grasse) représenté par ces tiges gracieuses avec leur feuille qui me fait penser à des nénuphars. Un délice un peu sauvage pour le printemps, avec beaucoup de verdeur et en même temps une teinte d’abat avec le foie.

583-Youpi-Voila2

Tandis que mon amie se régale d’un filet mignon de cochon fermier (sans doute mariné à un agrume rare, peut-être du citron Meyer), j’ai choisi le merlu de ligne, fèves et beurre d’échalote. Le merlu à la chair assez moelleuse se déguste à merveille jusqu’à ce que je sente quelques écailles en bouche et laisse la peau de côté. Comme un condiment, le beurre d’échalote contient des graines de fruit de la passion qui apportent leur croquant et leur saveur acidulée. Les légumes sont hyper goûteux (les carottes légèrement confites et sucrées, les fèves juste blanchies !!!), il y a aussi ces petits haricots tout ronds et blonds et ô bonheur de grosses asperges blanches à l’amertume jouissive. Ah revoilà le pourpier (chez mon amie aussi), cela fait partie de ces « tics » de cuisinier et il y a aussi quelques dés de jambon savoureux.

Le dessert à base de fraises avait l’air délicieux aussi, mais on a préféré s’arrêter là. Avec un pain délicieux et cette formule pleine de verdeur, de jus et de printemps (ah que j’aime le printemps pour ses fèves et ses asperges, je sais, je me répète), j’ai trouvé cette cuisine d’une belle digestibilité (au sens de Gérald Passédat au Petit Nice qui cherche toujours la digestibilité de sa cuisine, la sensation de bien être, ce que j’apprécie beaucoup) et je ne saurais trop vous conseiller le lieu. Formules déjeuner à 20 et 25 €, menu le soir à 38 €.

Youpi et Voilà, 8 rue Vicq d’Azir, 75010 Paris, 01 83 89 12 63, métro Colonel Fabien

3 réponses à Youpi et Voilà

  1. lollipop dit :

    c’est un restaurant que j’adore ! La formule du diner est, elle aussi, extra. Et le samedi c’est un poulet frites divin tjrs dans un rapport qualité prix d’exception.

  2. henri serge capdeville dit :

    Avons déjeuné un Samedi à 4. J’ai fortement pensé à la formule « Un poulet mal cuit est un poulet mort pour rien »Donc à éviter le Samedi au déjeuner mais pas envie d’essayer un autre jour….

  3. – Lollipop, merci pour l’info, poulet frites ça me dit toujours !
    – Ah Henri-Serge, vous contredisez vite l’info ! Il était vraiment mal cuit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT