Le Casse-Noix

9 Fév 2011 • 750151 commentaire

Le Casse-Noix, comme l’objet qui occupe les commodes et les étagères de ce restaurant ouvert il y a quelques semaines. On nous fait même remarquer parmi ceux de la collection en cours, ce casse-noix breton travaillé dans un reste de sabot (l’idée d’un objet en reste de sabot peut m’occuper l’esprit quelques minutes personnellement). Un comptoir qui en impose dans l’entrée, une salle qui se prolonge vers le fond avec son lot de plaques émaillées, de photos en noir et blanc, son horloge rugissante et ses tables en bois dressées simplement, ajoutez les murs couleur ocre jaune et la clientèle du quartier présente en nombre, vous êtes vites plongés dans une ambiance de bistrot aux accents d’auberge pas vraiment parisienne. D’ailleurs, le propos du chef, passé quelques années à La Régalade (Paris XIVe) est que les gens se sentent ici comme chez eux. Sincèrement, c’est réussi, on se sent détendu. Entre le menu carte (32 €), les suggestions du jour à l’ardoise, la formule, j’opte pour le menu carte.

416-Casse-NoixLamelles de Saint-Jacques marinées au citron et accompagnées d’un pesto discret, légumes croquants (céleri, betterave, carotte, soja) et petits croûtons. Le genre d’entrée ultra fraîche et parfumée qui vous fait sentir léger et vous met en appétit.

416-Casse-Noix2

Tranche de cochon ibaïona grillée, salade, pétales de jambon et…

416-Casse-Noix3

La tartiflette du chef. Bon, comme moi au moment de commander, vous vous dites « tranche de poitrine de cochon grillée + tartiflette, est-ce bien raisonnable ? ». La tentation est trop forte comme vous pouvez le constater. La tartiflette s’annonce bien, mais elle est en fait trop salée, trop de sel dans la cuisson des pommes de terre. Je le fais remarquer à l’issue du repas (un peu tard vous me direz), le chef en est désolé, moi aussi, en même temps, je ne serais jamais arrivée au bout avec la tranche de cochon à côté.

416-Casse-Noix4

Poire façon « Belle Hélène » pour finir. Poire pochée, amandes grillées et caramélisées, biscuit façon financier, glace au chocolat. En face, vous apercevez un crumble et un mi-cuit au chocolat.

Générosité, simplicité et un petit truc en plus qui enrobe le tout d’une sincère gourmandise, je pense que les photos parlent d’elles-même… Bonne affaire dans le quartier. Formule déjeuner à 20 €, menu-carte à 32 €

Le Casse-Noix, 56 rue de la Fédération, 75015 Paris, 01 45 66 09 01, métro Dupleix, Bir Hakeim

RAP »

Une réponse à Le Casse-Noix

  1. Meme en ces temps de crise financiere mondiale qui nous ronge et nous etouffe, nul doute que le « Financier » lui garde sa place d’honneur sur la carte des desserts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook twitter instagram rss CONTACT